NOUVELLES
20/08/2015 14:06 EDT | Actualisé 20/08/2016 01:12 EDT

Novak garde son job; les chefs font campagne sur le thème de la famille

OTTAWA — Tout porte à croire que Ray Novak conservera son job.

Le chef de cabinet de Stephen Harper semble avoir encore toute sa confiance, en dépit des preuves déposées en cour suggérant qu'il était bel et bien au courant pour le chèque de 90 000 $.

Interrogé sur l'avenir de son bras droit au 19e jour d'une campagne marquée par le procès du sénateur Mike Duffy, M. Harper a soutenu jeudi qu'il avait répondu à cette question «par ses actions».

«Lorsque les gens travaillent pour moi, ils ont ma confiance», a-t-il tranché, laissant ainsi entendre qu'il ne s'apprêtait pas à congédier M. Novak.

À ses yeux, seules deux personnes doivent être tenues responsables pour ce scandale: M. Duffy, qui n'a pas remboursé de sa propre poche le Sénat pour des dépenses inappropriées; et l'ex-chef de cabinet Nigel Wright, qui l'a fait à sa place.

«Je ne vais pas faire le tour et tenir tous les autres responsables pour leurs actions», a ajouté le chef conservateur.

Ray Novak s'est retrouvé dans l'eau chaude cette semaine après le dépôt en cour de la déposition de l'ancien conseiller légal du premier ministre, Benjamin Perrin. Selon ce que M. Perrin a confié à la police, M. Novak savait que c'était M. Wright qui avait remboursé les dépenses inappropriées de M. Duffy, parce qu'il a participé à une réunion où il en a été question.

Pour le chef libéral Justin Trudeau, le thème de la confiance est au coeur de ce scandale et «les Canadiens n'ont plus de raison (d'avoir) confiance que M. Harper est en train de leur dire la vérité».

Courtiser les familles

À Newmarket, en Ontario, M. Harper a promis, s'il est reporté au pouvoir, de hausser le montant maximal des crédits d'impôt pour les frais d'adoption, les faisant passer de 15 000 $ à 20 000 $. Il rendrait par ailleurs ces crédits pleinement remboursables, afin que les familles moins nanties puissent en bénéficier.

Se posant — comme ses adversaires — en champion des valeurs familiales, il a affirmé qu'il n'y avait pas «de tâche plus noble que celle d'élever un enfant».

C'est aussi sur le thème de la famille que le chef néo-démocrate Thomas Mulcair a fait campagne à Vancouver, en promouvant son plan d'un réseau national de garderies à 15 $ par jour.

M. Trudeau a d'ailleurs critiqué ce plan, prétextant qu'il ne ferait rien pour les familles du Québec. Il s'est pour sa part engagé à rendre plus flexibles les conditions d'admissibilité aux prestations d'assurance-emploi pour les proches aidant une personne gravement malade.

Fannie Olivier, La Presse Canadienne