NOUVELLES
20/08/2015 12:44 EDT | Actualisé 20/08/2016 01:12 EDT

Montréal dévoile un plan d'action pour mettre à niveau l'industrie du taxi

MONTRÉAL — La Ville de Montréal et le Bureau du taxi de la métropole ont dévoilé jeudi un ambitieux plan visant à dépoussiérer l'industrie du taxi.

Bien que ce plan prévoie intensifier la lutte au transport illégal — notamment celui offert par Uber et UberX — l'objectif premier est d'uniformiser l'industrie et d'en rehausser à la fois l'image, le service et la sécurité.

Ainsi, le plan présenté par le maire Denis Coderre oblige une modernisation technologique par l'accès aux mêmes types d'applications que celles utilisées par les services illégaux, l'installation d'équipements de géolocalisation, de paiement électronique et de taximètres fiscalisés.

La sécurité s'appuiera aussi sur la technologie puisque tous les taxis devront être équipés de boutons de détresse et de caméras de sécurité, dont les enregistrements seront toutefois protégés contre les atteintes à la vie privée. Le maire Coderre a d'ailleurs annoncé du même coup le lancement d'un appel d'intérêt international pour ces caméras.

En ce qui a trait au service et à l'image, on prévoit l'installation de modules de publicité et d'information à l'usage du client, l'instauration d'une couleur uniforme pour toutes les voitures-taxi et l'imposition d'un code vestimentaire, bien qu'on n'ait pas encore déterminé s'il sera question d'un uniforme ou simplement de lignes directrices.

Parallèlement, l'École Polytechnique s'est vu confier un mandat d'analyse des données de l'industrie afin de voir si l'offre correspond à la demande. Il y a présentement 4430 permis de taxi dans la métropole et plus de 11 600 détenteurs de permis de chauffeur. Plusieurs intervenants ont fait part d'un possible surplus de taxis pour le marché, mais le maire Coderre a refusé de s'avancer sur une stratégie si l'étude devait démontrer que le nombre de permis est excessif.

Pierre Saint-Arnaud, La Presse Canadienne