POLITIQUE
20/08/2015 02:54 EDT | Actualisé 20/08/2015 02:57 EDT

Admiration pour Margaret Thatcher : le NPD fait preuve d'un cynisme «à la Harper», s'insurge Chrystia Freeland

Le NPD de Thomas Mulcair fait preuve d’un « comportement méprisant », selon la députée libérale Chrystia Freeland, pour avoir tenté de lui accoler l’étiquette du thatchérisme en raison d’une chronique d’opinion qu’elle a écrite en 2013.

« Les libéraux ont besoin de leur propre Margaret Thatcher, et ils ne l’ont toujours pas trouvée », conclut-elle. La citation a été reprise par les néodémocrates sur leur site peu avant l’élection partielle qui allait la faire élire députée de Toronto-Centre.

LIRE AUSSI: Duceppe rigole de voir Mulcair vanter les mérites de Margaret Thatcher

Or, dans sa chronique, Freeland faisait référence aux inégalités croissantes aux États-Unis sous la présidence d’Obama, et expliquait qu’il fallait prendre des mesures exceptionnelles pour aider le 99%.

« Quiconque lirait ma chronique verrait que je n’exprimais en aucun cas de l’admiration pour les politiques spécifiques à Margaret Thatcher », a-t-elle dit en entrevue avec Le Huffington Post Québec.

« Je suis vraiment déçue du NPD. De prétendre que j’ai dit cela est vraiment un comportement méprisant. »

En 2013, Chrystia Freeland affrontait alors Linda McQuaig, candidate qui s’est attirée son lot de critiques, il y a quelques jours, en raison d’un commentaire contre les sables bitumineux. Cette dernière avait affirmé que ces ressources allaient devoir rester « sous terre » si le Canada voulait vraiment atteindre ses objectifs en matière de changements climatiques.

Mais la candidate libérale a finalement été élue en 2013 et a été nommée porte-parole en matière de Commerce international en janvier 2014. Elle se présente de nouveau pour le parti de Justin Trudeau dans la nouvelle circonscription de University-Rosedale. McQuaig, quant à elle, tente de nouveau sa chance dans Toronto-Centre.

Comme ancienne journaliste, Freeland ajoute avoir une longue liste d’articles et de chroniques à son actif, qui restent fidèles à son point de vue encore aujourd’hui.

« Le problème n’est pas de fouiller ce que j’ai écrit, le problème est de ne pas être capable de transmettre correctement ce que j’ai écrit », critique Freeland.

Et ce rappel des faits est « particulièrement hypocrite », à son avis, compte tenu que le chef du NPD a été sous les feux de la rampe cette semaine pour avoir fait l’éloge de la Dame de fer, comme le démontre un segment vidéo datant de 2001.

« Cela démontre une sorte de cynisme à la Harper, avec un mépris flagrant à l’égard de la vérité », ajoute-t-elle.

Questionné par les médias, mercredi, Mulcair est resté vague sur ses propos quand il était dans l’opposition libérale à Québec. Il dit toujours avoir cherché à donner les meilleurs services possibles aux Canadiens.

Le porte-parole du NPD Karl Bélanger avait quant à lui estimé que de déformer ses propos tenus il y a 14 ans ne tenait pas la route « considérant le bilan politique et les positions progressistes » prises par Mulcair.

Tant tous les cas, Chrystia Freeland pense qu’un politicien d’expérience tel que Thomas Mulcair devrait clarifier sa position une bonne fois pour toutes.

« Il devrait soit tout simplement rester fidèle à ses convictions ou dire qu’il n’y croit plus », dit-elle.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Margaret Thatcher Life In Pictures Voyez les images