NOUVELLES
20/08/2015 17:10 EDT | Actualisé 20/08/2016 01:12 EDT

Le Front national exclut son cofondateur Jean-Marie Le Pen

PARIS — Jean-Marie Le Pen, le cofondateur du Front national, a été exclu, jeudi, du parti d'extrême-droite français à la suite d'une audience disciplinaire.

La décision a été annoncée par voie de communiqué quelques heures après l'audience menée par le bureau exécutif de la formation politique à Nanterre, à l'ouest de Paris.

Au cours de la séance, qui a duré trois heures, l'homme de 87 ans a dû se défendre contre 15 accusations découlant toutes de ses déclarations publiques, qui étaient considérées comme injurieuses par la direction du Front national.

Marine Le Pen, la présidente du parti et la fille de Jean-Marie Le Pen, tentait depuis des mois de chasser son père, qui détient le titre de président d'honneur à vie de la formation politique.

Dans le communiqué, le parti écrit que le bureau exécutif «a délibéré et a décidé, à la majorité requise, l'exclusion de M. Jean-Marie Le Pen comme membre du Front national».

L'avocat de M. Le Pen, Frédéric Joachim, a qualifié le geste «d'assassinat politique». Le principal intéressé, qui n'a pas l'habitude de mâcher ses mots, a plutôt adopté un ton conciliant à la sortie de l'audience, jeudi, tendant la main à ses adversaires afin de leur réclamer un «signal de pacification». 

La dispute familiale, qui a dégénéré en crise pour le parti anti-immigration, a pris un nouveau tournant lorsque la fille a sommé le père de venir s'expliquer devant le bureau exécutif.

Les accusations résultent de propos tenus publiquement par Jean-Marie Le Pen, qui a notamment minimisé l'importance des chambres à gaz nazies. Il avait également insulté sa fille et le numéro deux du Front national, Florian Philippot.

Marine Le Pen, qui se prépare en vue de la course présidentielle de 2017, s'est efforcée au cours des dernières années de redorer le blason du parti dont elle a pris la tête en 2011 en tant que dauphine de son père, qui a souvent été accusé de racisme et d'antisémitisme par le passé.

Elaine Ganley, The Associated Press