NOUVELLES
20/08/2015 00:09 EDT | Actualisé 19/08/2016 01:12 EDT

La Thaïlande va demander l'aide d'Interpol pour retrouver le principal suspect de l'attentat (autorités)

Les autorités thaïlandaises ont indiqué jeudi qu'elles allaient demander l'aide d'Interpol pour retrouver le principal suspect de l'attentat de Bangkok, repéré sur des caméras de vidéosurveillance.

"Nous allons demander l'aide d'Interpol aujourd'hui (jeudi)", a déclaré à l'AFP le major-général Apichart Suriboonya, chef de l'unité d'Interpol en Thaïlande, qui a précisé qu'il ne savait pas si le suspect avait déjà fui le pays.

Mercredi en fin de journée, un mandat d'arrêt a été émis contre cet homme, un étranger, soupçonné d'avoir déposé la bombe devant le sanctuaire d'Erawan, en plein centre de Bangkok, qui a fait 20 morts et plus de 120 blessés lundi soir.

Deux jours après l'attaque, qui n'a pas été revendiquée, la police n'a toujours pas réussi à identifier l'homme.

"Nous avons reçu beaucoup d'informations du public depuis la diffusion du portrait-robot du suspect et nous étudions ces pistes", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police Prawut Thavornsiri à l'AFP.

D'après le mandat d'arrêt, cet "étranger non identifié", grand, à la peau claire, portant des lunettes à monture noire, est soupçonné d'"assassinat" et d'avoir "participé à la confection d'une bombe".

La police a indiqué qu'il faisait partie d'un "réseau" et deux autres hommes filmés par les caméras de vidéosurveillance avant l'explosion sont soupçonnés de l'avoir aidé.

Le principal suspect a été entendu parlant une langue étrangère, mais "pas l'anglais". Pour le décrire, le porte-parole de la police a utilisé mercredi soir un terme thaï désignant généralement des musulmans au teint clair originaires d'Asie du Sud, d'Asie centrale ou du Moyen-Orient.

Cet homme avait été identifié dès mardi sur les images des caméras de vidéosurveillance en train de déposer un sac à dos devant le sanctuaire d'Erawan avant de quitter les lieux. Quelques minutes après, la bombe explosait à cet endroit.

L'attaque qui a frappé le coeur de Bangkok à une heure de pointe lundi a fait 20 morts et plus de 120 blessés. 68 étaient encore hospitalisés jeudi matin et 12 dans un état critique.

Au moins treize étrangers figurent parmi les victimes: des Chinois, des Singapouriens, un Indonésien, deux Hongkongais - dont l'une possède un passeport britannique - et plusieurs membres d'une même famille malaisienne dont une enfant de quatre ans.

bur-tib/alc/amd