Vivre

«Famille futée 2» : encore plus de recettes pour Alex et Gen (PHOTOS)

En avril 2013, Alexandra Diaz et Geneviève O’Gleman entamaient l’aventure télévisée Cuisine futée, parents pressés qui, elles ne le savaient pas encore, allait devenir pour elles un véritable projet de vie.

Déjà, à la fin de la même année, un premier livre Famille futée s’écoulait à plus de 100 000 exemplaires et causait une mini- révolution, non seulement chez les parents pressés à qui il s’adressait, mais aussi chez les plus jeunes ou les plus âgés en quête d’astuces pour mieux manger, facilement et à bas prix.

Famille futée tome 2

Depuis, après tout juste deux ans et demi, la marque Cuisine futée ne cesse de prendre de l’expansion. Boutique en ligne sur le site web officiel, possibilités d’éventuels nouveaux produits dérivés à venir, chroniques dans le magazine Châtelaine, partenariat avec IGA, conférences, communauté de 130 447 fidèles qui échangent avec les animatrices sur Facebook, c’est désormais une sympathique PME que les inséparables Alex et Gen opèrent avec la confection de leurs recettes, tout en gardant en tête leurs quatre principes immuables et non-négociables : les plats mitonnés doivent être santé, gourmands (parce que, oui, un gros hamburger décadent peut aussi être approuvé par les diététistes), économiques (pour briser le mythe que bien manger, ça coûte cher, à Cuisine futée, on prépare des mets à 5$ ou moins) et rapides (parce que ça laisse ensuite plus de temps pour relaxer).

«Moi, j’ai grandi dans une famille où ma mère ne se demandait jamais ce qu’elle allait faire pour souper, et n’était jamais trop fatiguée en revenant du bureau, se remémore Alexandra Diaz. Elle nous attendait toujours avec le sourire, il y avait de la bonne bouffe. C’était simple et, pour Geneviève, c’est pareil. Quand on arrive chez nous le soir, qu’on retrouve notre famille, c’est le plus beau moment de notre journée.»

«En ayant des matières de base dans notre frigo et notre garde-manger, on peut tout faire. Tous nos ingrédients sont à portée de bras dans n’importe quel supermarché au Québec. Pour nous, faire la cuisine, c’est un moment de bonheur, il n’y a pas de bras-de-fer avec les enfants pour la nourriture. Geneviève et moi ne prétendons pas détenir toutes les solutions, mais pour nous, ça marche, alors, on le partage», illustre la maman d’un garçon de 9 ans et d’une fillette de 6 ans. Geneviève O’Gleman, elle, est mère d’une préadolescente de 10 ans.

Déjà 50 000 copies

Autre bonne nouvelle : le second bouquin Famille futée vient d’apparaître sur les tablettes et, comme si une bienveillante baguette magique veillait au dessus des têtes d’Alexandra Diaz et Geneviève O’Gleman, plus de 50 000 copies ont déjà trouvé preneurs depuis sa sortie, le 3 août dernier. Le tandem fera la tournée des Salons du livre toute l’année pour promouvoir son nouveau «bébé» et, surtout, rencontrer le public, avec qui elles adorent discuter.

«On a appris les chiffres au lancement, mercredi soir (19 août), précise Alexandra Diaz. Geneviève et moi, on ne se pose pas de questions là-dessus. On reste super humbles. Nous, notre passion, c’est d’être utile, et de donner aux gens l’envie de cuisiner et d’être en famille. Ce qu’on souhaite, c’est de revenir année après année, à Télé-Québec, et que les gens nous regardent.»

Si le premier tome de Famille futée comprenait l’intégralité des recettes de la première saison de Cuisine futée, plus 25 créations supplémentaires, le deuxième contient celles des deuxième et troisième saison à la télévision et 50 autres recettes inédites, pour un grand total de 175 propositions à tester aux fourneaux.

Cette fois, pas de témoignages de personnalités sur l’alimentation et l’éducation, mais plus de trouvailles provenant d’Alex et Gen, des éditoriaux de nos deux complices (comme ce «pétage de coche» d’Alex sur les lunchs) et un index illustré, cette dernière idée ayant obtenu beaucoup de succès dans le premier ouvrage.

«Ce livre est complémentaire au premier, indique Alexandra Diaz. On l’a voulu comme un catalogue où on pouvait trouver de l’inspiration. On a partagé nos astuces à nous, on donne nos propres trucs en bas de chaque recette. C’est vraiment un outil complet.»

Parmi les bons coups à signaler dans cette brique deux fois plus épaisse que la première, un chapitre sur les apéros, deux sur les desserts (l’un étant entièrement consacré au chocolat, Geneviève étant folle de cet aliment sucré), un sur les salades abondantes et généreuses, et un autre sur les légumes et les façons les plus accessibles d’en consommer.

«Il y a vraiment de tout, que tu sois sur la route, étudiant et colocataire, que ton objectif soit de contrôler ce qu’il y a dans ton assiette et de t’éloigner des produits transformés, que tu aies déjà été intimidé par la cuisine ou que tu trippes sur les belles présentations, on a vraiment tout couvert. À Noël, tu prends ton livre et tu as des suggestions pour les bouchées à l’apéro. Si tu as une fête d’enfants et que tu dois trouver des trucs sans allergènes, c’est sûr que tu vas trouver. Si ton chum ne mange que des t-bones, tu vas trouver une façon de lui faire avaler des salades de bûcherons. Et on a travaillé fort pour maintenir le prix du premier livre, même si le deuxième est deux fois plus épais.»

Alexandra Diaz tient à souligner que toutes les photos de Famille futée 2 sont originales et ont été captées spécialement pour le recueil. Des images qui respirent «l’esprit de famille, le bordel» qui règnent dans n’importe quelle cuisine où on s’active, et où rien n’a été placé ou léché.

«Quand on fait des ribs, on voit que la plaque est vraiment cochonnée», rigole Alexandra. Des clichés ont même été pris lors d’un voyage au Chili, où demeure la famille de cette dernière.

Productrices exécutives

Côté télé, les deux amies sont maintenant productrices exécutives de leur émission, qui s’apprête à reprendre les ondes de Télé-Québec pour une quatrième saison, le mercredi 9 septembre prochain, à 19h.

Dans leurs nouvelles fonctions, Alex et Gen se divisent les tâches ; alors que Geneviève exploite toutes ses forces de nutritionniste en créant du contenu, en effectuant mille recherches, en arpentant le Québec pour dénicher de précieux produits du terroir et en voyageant pour apporter à ses assiettes des touches internationales du Maroc, d’Asie ou d’Amérique latine, par exemple, Alexandra prend en charge la direction artistique et s’occupe de tout l’aspect visuel de leurs différents projets, choisit décors, vaisselle et vêtements et façonne des ambiances pour la caméra.

L’an quatre de Cuisine futée comptera 23 épisodes et sera encore plus à l’image de ses deux visages officiels, étant donné que les filles prennent encore davantage de décisions elles-mêmes. Une portion du décor revampée, et des enfants goûteurs de différentes nationalités, aux tranches d’âge encore plus larges, qui viendront maintenant donner leur avis en studio, font partie des nouveautés à voir cet automne.