NOUVELLES
20/08/2015 03:47 EDT | Actualisé 20/08/2016 01:12 EDT

Espagne: rien de nouveau sous le soleil de la Liga ?

On prend les mêmes et on recommence: le Championnat d'Espagne redémarre ce week-end avec pour inaltérables favoris le FC Barcelone, tenant du titre, et le Real Madrid, son dauphin, après un été inhabituellement tranquille en transferts qui a peu modifié l'équilibre des forces.

. Benitez, seul frisson du mercato

Une fois n'est pas coutume, le Barça et le Real ont surtout agité le marché dans la rubrique départs cet été: les adieux des icônes Xavi Hernandez (du Barça à Al-Sadd au Qatar) et Iker Casillas (du Real à Porto, Portugal) ont marqué la fin d'une époque en Espagne.

Car dans la case arrivée, il n'y eu aucune folie à plus de 80 millions, contrairement à 2013 (Neymar, Bale) et 2014 (Luis Suarez, James Rodriguez).

Côté Barça, c'était attendu: le club vainqueur du triplé Liga-Coupe-Ligue des champions reste interdit de recrutement par la Fifa jusqu'à 2016. Seuls sont arrivés le milieu Arda Turan et le latéral Aleix Vidal, qui ne pourront pas jouer avant janvier.

"J'ai hâte que le mercato se referme une bonne fois pour toute", a d'ailleurs lancé lundi l'entraîneur barcelonais Luis Enrique, agacé du feuilleton autour de Pedro, finalement transféré à Chelsea.

Au Real, en revanche, ce calme inhabituel s'explique par la nomination en juin de l'entraîneur espagnol Rafael Benitez. A son arrivée, le remplaçant de Carlo Ancelotti s'est dit ravi de son nouvel effectif, "le plus talentueux qu'(il ait) jamais eu".

Pas de transferts "galactiques", donc, mais des retouches à la marge avec de jeunes pépites en devenir, comme le milieu croate Mateo Kovacic ou le défenseur brésilien Danilo, en attendant l'éventuelle arrivée du gardien de Manchester United David de Gea.

. Barça-Real, sempiternel duel

Sur les 10 dernières saisons, une seule Liga a échappé au duopole Barça-Real (l'Atletico Madrid, champion en 2013-2014) et cette mainmise risque de continuer.

Par rapport à 2014-2015, les rôles sont inversés. Au Real le statut de revanchard, au Barça celui de champion d'Europe en titre et d'équipe à abattre.

"La Liga qui commence va être passionnante, avec la difficulté qu'il y a toujours à remporter ce titre, mais nous sommes optimistes" a lancé Luis Enrique. "Nous voulons continuer à être une équipe compétitive et une référence mondiale."

Derrière l'intenable trio d'attaque "MSN" (Messi-Suarez-Neymar), il faudra néanmoins résoudre les problèmes défensifs apparus lors des trois premiers matches officiels cette saison (9 buts encaissés).

Tout l'inverse du Real: la défense a trouvé ses marques pendant la préparation mais le manque d'efficacité offensive interroge malgré la reconduction attendue de la "BBC" (Bale-Benzema-Cristiano Ronaldo). "Nous avons beaucoup de marge de progrès", a reconnu Benitez.

. Atletico, tout changer pour rester au top

Comme à chaque intersaison, l'Atletico Madrid a monnayé à prix d'or ses meilleurs joueurs: Mario Mandzukic (Juventus), Joao Miranda (Inter Milan), Arda Turan (Barcelone)...

Et comme à chaque intersaison, sont arrivées des recrues prometteuses pour poursuivre le projet de l'ambitieux entraîneur Diego Simeone: Jackson Martinez (Porto), Luciano Vietto (Villarreal), Yannick Ferreira Carrasco (Monaco)...

Bref, tout a changé pour que tout reste pareil. Les bases restent les mêmes, un bloc-équipe impressionnant, avec la confirmation attendue du Français Antoine Griezmann (22 buts en Liga l'an dernier).

De quoi jouer à nouveau les trouble-fêtes, en Espagne comme en Europe, et rêver d'un nouveau sacre surprise après la conquête inattendue de la Liga 2013-2014.

. Rude course à l'Europe, comme toujours

Pour la première fois dans l'histoire de la Ligue des champions, l'Espagne pourrait compter cinq représentants en phase de poules si Valence élimine Monaco en barrage (3-1 à l'aller mercredi).

Avec Séville, tenant de l'Europa League, et le trio Barça-Real-Atletico, cela fait un beau contingent d'ogres espagnols en C1.

Et cela promet aussi une belle bataille en Liga pour les places européennes: l'Athletic Bilbao, récent vainqueur de la Supercoupe d'Espagne contre le Barça (4-0, 1-1), Villarreal ou encore la Real Sociedad sont sur les rangs... Que du classique!

jed/leh