NOUVELLES
20/08/2015 12:38 EDT | Actualisé 20/08/2016 01:12 EDT

Condamnation d'un Estonien pour espionnage: Moscou dénonce une tentative de "politiser" l'affaire

La diplomatie russe a dénoncé jeudi une tentative de l'Occident de "politiser" l'affaire d'un agent du contre-espionnage estonien condamné la veille en Russie à 15 ans de prison pour espionnage.

Eston Kohver, arrêté en Russie mais enlevé, selon Tallinn, en Estonie, a été reconnu coupable mercredi "d'espionnage, de possession illégale d'armes et de franchissement illégal de la frontière russe", un verdict qui a déclenché les protestations de Bruxelles et Washington dans un contexte de fortes tensions et d'espionnite entre Russes et Occidentaux.

Dans la foulée, l'Union européenne et les Etats-Unis ont exigé la libération "immédiate" d'Eston Kohver, agent au sein de la Kaitsepolitsei, l'agence estonienne de sécurité chargée notamment du contre-espionnage, appelant la Russie à agir en accord avec ses obligations internationales.

"Nous ne pouvons qualifier ces déclarations fortes que de tentative de politiser cette affaire", a martelé jeudi la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova, dans un communiqué, en soulignant que la "légitimité" des poursuites visant M. Kohver et le "bien-fondé" du verdict de la justice russe "ne font pas de doute".

"Nous sommes surpris par la réaction de nos partenaires étrangers (...) et obligés de rappeler que ce procès" qui s'est déroulé à huis clos sauf pour l'énoncé du jugement "a été tenu en toute conformité avec la législation russe et avec un strict respect des normes juridiques", a-t-elle ajouté.

Selon le FSB, l'Estonien a été arrêté en septembre 2014 en possession d'un pistolet, de munitions, de 5.000 euros et "d'équipement spécial pour des enregistrements illégaux", ainsi que "de matériel apparemment destiné à une mission d'espionnage".

Les autorités estoniennes avaient pour leur part affirmé que Eston Kohver travaillait sur une affaire de contrebande impliquant la mafia russe quand il avait été attaqué à coups de grenades assourdissantes par des hommes armés qui l'avaient conduit de force en Russie.

mp/mr