NOUVELLES
20/08/2015 18:32 EDT | Actualisé 20/08/2016 01:12 EDT

Brésil : manifestations en soutien à Dilma Rousseff

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté jeudi dans plus de 30 villes du Brésil pour défendre la démocratie et le maintien de la présidente Dilma Rousseff au pouvoir, en réponse aux manifestations massives de dimanche qui réclamaient son départ.

Appelées par des syndicats et mouvements sociaux, les manifestations ont débuté modestement en matinée, mais la plupart ont démarré en soirée, à la fin de la journée de travail, notamment à Rio et à Sao Paulo.

Selon les organisateurs, 140.000 personnes ont défilé dans le pays, 31.000 seulement selon des estimations partielles de la police de ce pays de 200 millions d'habitants.

Le principal objectif de la journée était de créer "un contrepoint à l'agenda conservateur" des manifestations de dimanche qui avaient réuni près d'un million de personnes à travers tout le pays, a indiqué à la presse la présidente de l'Union nationale des étudiants (UNE), Carina Vitral.

A Sao Paulo, 15.000 manifestants étaient concentrés sur la place Largo da Batata vers 21H30 GMT, selon les organisateurs, avant de marcher en direction de l'Avenue Paulista.

A Rio, des milliers de manifestants défilaient sur l'Avenue Rio Branco en brandissant des pancartes où l'on pouvait lire "Il n'y aura pas de coup d'Etat !".

"Nous voulons préserver la démocratie. Non au coup d'Etat, non au fascisme !", a déclaré à l'AFP, Jorge Salomao, 68 ans, écrivain et poète.

Toutefois, même si elles défendent le maintien au pouvoir de Mme Rousseff, dont la popularité est au plus bas, à 8% d'opinions favorables selon les derniers sondages, ces mobilisations critiquent également certaines mesures prises par le gouvernement comme l'ajustement budgétaire destiné à relancer la croissance.

L'économie tourne au ralenti pour la cinquième année consécutive.

Liées historiquement au Parti des Travailleurs (PT, gauche) au pouvoir depuis 12 ans, la Centrale unique des travailleurs (CUT) et l'UNE protestent contre les appels à la destitution de Mme Rousseff tandis que pour le Mouvement des Sans Toit (MST) la priorité est de critiquer les mesures d'ajustement budgétaire.

cdo-sms/hdz/amd