NOUVELLES
18/08/2015 00:26 EDT | Actualisé 17/08/2016 01:12 EDT

Le pétrole poursuit sa chute en Asie

Les cours du pétrole poursuivaient leur chute mardi en Asie, le renforcement du dollar s'ajoutant aux inquiétudes des marchés quant à une surabondance durable de l'offre d'or noir.

Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en septembre cédait sept cents, à 41,80 dollars. Le WTI a perdu plus de 30% ces deux derniers mois pour se situer à un plus bas depuis mars 2009.

Le baril de Brent, la référence européenne du brut, pour livraison en octobre, perdait 13 cents, à 48,61 dollars.

"Les cours de la plupart des matières premières du secteur de l'énergie ont chuté au cours du dernier mois. Les cours du pétrole ont montré la voie en raison des inquiétudes sur la demande faiblissante de la Chine et l'abondance de l'offre, en particulier américaine", souligne le cabinet Capital Economics.

La production continue à être très élevée que ce soit au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui dépasse largement son plafond théorique de 30 millions de barils par jour (bpj), comme aux Etats-Unis, qui produit du pétrole de schiste.

BMI Research, filiale du fournisseur d'informations financières Fitch Group, a estimé que la surabondance d'or noir sur le marché mondial allait perdurer jusqu'en 2018.

"Le retour sur le marché du pétrole iranien, qui s'ajoute à des projets d'oléoducs en Amérique du Nord, au Moyen Orient, en Afrique occidentale et au Kazakhstan, auront pour résultat que la croissance de l'offre dépassera celle de la consommation pendant les deux prochaines années", a-t-elle dit.

Les investisseurs s'inquiètent du risque d'afflux d'or noir iranien à la suite de l'accord nucléaire conclu à la mi-juillet avec les grandes puissances en échange d'une levée des sanctions économiques imposées à Téhéran.

De plus, le billet vert a le vent en poupe, porté par des marchés qui s'attendent à une hausse des taux d'intérêt américains dès septembre et par la dévaluation surprise du yuan par la Chine.

Le baril de brut est libellé en dollars et tout renforcement du billet vert le rend plus cher pour les acheteurs détenant d'autres devises.

Lundi à la clôture, le cours du WTI a perdu 63 cents à 41,87 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le marché recherchant un nouveau niveau plancher plutôt que de poursuivre le rebond technique entamé vendredi.

A Londres, le Brent a terminé la journée à 48,74 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

mba/cah/ev/myl

INTERCONTINENTALEXCHANGE GROUP