NOUVELLES
16/08/2015 16:16 EDT | Actualisé 16/08/2016 01:12 EDT

Jour de manifestations antigouvernementales pour le Brésil

SAO PAOLO, Brésil — Partout au Brésil, dimanche, des foules sont descendues dans les rues pour protester contre le gouvernement de la présidente Dilma Roussef, dont la popularité est en chute libre.

Organisées, pour la plupart, par des groupes sur les réseaux sociaux, les manifestations s'en prenaient directement à la présidente, qui est éclaboussée par un scandale de corruption qui met dans l'embarras certains politiciens de son parti, ainsi que par une économie en difficulté, une devise instable et une inflation en hausse.

Des analystes politiques locaux ont affirmé que la participation de dimanche pourrait déterminer l'avenir du mouvement citoyen, mais les foules relativement modestes de dimanche semblaient donner un peu de répit à Mme Roussef. Ces manifestations sont les troisièmes de ce mouvement cette année.

Même à Sao Paulo, la capitale industrielle et économique où l'insatisfaction est particulièrement forte — les manifestations de mars et avril étaient impressionnantes — la participation a été plus basse. Un petit rassemblement pro-Roussef s'est formé devant les bureaux de l'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva, le mentor de la présidente.

À Rio de Janeiro, plusieurs milliers de personnes, certains brandissant des drapeaux brésiliens, ont manifesté le long de la plage de Copacabana. Les organisateurs d'un essai cycliste en vue des Jeux olympiques de l'an prochain ont modifié le trajet pour éviter tout incident.

Des rassemblements ont eu lieu dans 16 États. Plusieurs milliers de personnes ont aussi défilé sur une avenue centrale de la capitale, Brasilia, où sont situés plusieurs ministères et monuments.

En 2013, une vague de soulèvements a vu d'énormes foules descendre dans les rues à l'approche de la Coupe des confédérations, un tournoi de soccer international. Les citoyens désapprouvaient les dépenses massives faites pour construire les infrastructures de la Coupe du monde de soccer 2014. La population continue d'être insatisfaite des services publics et des impôts élevés, alors que le pays se prépare pour les Jeux olympiques de Rio 2016.

Stan Lehman, The Associated Press