NOUVELLES
16/08/2015 11:29 EDT | Actualisé 16/08/2016 01:12 EDT

Élections: la politique étrangère pourrait être plus importante dans les débats

MONTRÉAL — Il est très rare que la politique étrangère change le cours des campagnes électorales au Canada. Or, certains experts croient que ces enjeux seront appelés à prendre plus de place en vue des prochaines élections, alors que le Canada participe avec ses alliés à une intervention militaire au Moyen-Orient et que le gouvernement conservateur n'hésite pas à s'impliquer dans le conflit ukrainien en dénonçant publiquement le président russe Vladimir Poutine.

Dans l'histoire récente du Canada, les experts estiment que seulement deux élections fédérales se sont décidées sur des enjeux de politique extérieure.

En 1963, en pleine guerre froide, les politiciens canadiens avaient débattu principalement de la question des armes nucléaires. Vingt-cinq ans plus tard, en 1988, c'était l'accord de libre-échange avec les États-Unis qui était au centre des discussions pendant la campagne.

Cette fois-ci, sans que ce soit un enjeu central de la campagne électorale, le rôle du Canada sur la scène internationale pourrait prendre une place prépondérante pendant les débats, notamment parce que les trois principaux partis, qui sont presque à égalité dans les sondages, sont divisés sur ces questions, selon Jonathan Paquin, professeur agrégé de science politique à l'Université Laval.

«Ils ne s'entendent pas, par exemple, sur le rôle du Canada face à la menace du [groupe armé] État islamique. Ce sont des partis qui ne s'entendent pas non plus sur la manière dont on doit gérer le dossier israélo-palestinien. Ce sont trois partis qui n'ont pas la même vision du Canada», a-t-il expliqué, lors d'un entretien téléphonique avec La Presse Canadienne.

M. Paquin pense également que la durée de la campagne actuelle pourrait contribuer à remettre à l'ordre du jour ces enjeux qui ont souvent été ignorés lors des élections passées, qui étaient précédées d'un marathon d'une trentaine de jours. «Qu'on le veuille ou non, avec la longueur de cette campagne-là, on va finir par parler plus de politique étrangère, parce qu'on va avoir fait le tour du jardin rapidement sur les autres enjeux», a-t-il souligné.

Justin Massie, professeur de science politique à l'Université du Québec à Montréal (UQAM), voit lui aussi un regain d'intérêt pour ces questions, d'abord pour la simple raison qu'il y a actuellement une crise au Moyen-Orient, dans laquelle le Canada est impliqué, et que les médias vont nécessairement en faire état.

M. Massie croit surtout que ces enjeux seront plus importants cette fois-ci parce que le premier ministre Stephen Harper a l'intention de les mettre de l'avant et de polariser l'électorat. Selon M. Massie, M. Harper propose ainsi aux Canadiens une vision antagoniste et simplifiée de sujets internationaux — autrement complexes — en se plaçant à un spectre de l'axe politique par rapport à ses adversaires.

«Il y a des politiciens qui prennent des positions diamétralement opposées des uns aux autres. Donc ça force les Canadiens à y réfléchir: "Est-ce que je suis de tel côté ou de l'autre?" Avant, on en parlait beaucoup moins dans les médias, les partis politiques en parlaient moins parce qu'on ne pouvait pas trouver matière à gagner des points électoraux», a-t-il souligné.

Selon lui, il s'agit d'un phénomène relativement nouveau, puisque la politique étrangère, auparavant, faisait consensus auprès de la classe politique canadienne.

Thomas Juneau, professeur de science politique à l'Université d'Ottawa, reste toutefois plus prudent que ses collègues. «Ce qui se passe, par exemple, au Moyen-Orient, c'est important pour le Moyen-Orient, mais l'impact sur les Canadiens, au jour le jour, est minime. Alors c'est tout simplement normal que ce ne soit pas une préoccupation majeure», a-t-il indiqué.

Une question de discours

Mais les partis politiques canadiens, qui tentent de se distinguer entre eux et de souligner leurs divisions importantes sur ces enjeux, adoptent-ils vraiment une vision du monde différente? MM. Massie et Juneau en doutent fortement, surtout sur la question du conflit israélo-palestinien.

M. Harper est perçu comme l'un des premiers ministres canadiens les plus pro-israéliens de l'histoire et lorsqu'on entend ses déclarations, c'est assez juste, selon M. Massie. Or, dans les faits, ce virage en faveur d'Israël avait commencé en 2004, sous le premier ministre libéral Paul Martin, a-t-il rappelé.

«Aux Nations unies, le Canada a commencé à s'abstenir ou à voter contre les résolutions qui critiquaient le gouvernement israélien ou l'État israélien quant à la colonisation, au processus de paix. Mais quand a-t-il commencé à changer ses votes? En 2004, sous Paul Martin. Pas en 2006», a-t-il dit.

M. Juneau va plus loin. Selon lui, il existe une sorte de consensus sur le conflit israélo-palestinien entre les trois principaux partis. «Si on regarde juste la substance de l'approche du Canada par rapport au conflit israélo-palestinien, de 1993 à aujourd'hui, ça n'a pas changé tant que ça, certainement beaucoup moins que ce que l'intensité de la rhétorique des conservateurs pourrait le laisser suggérer», a-t-il indiqué.

Et il y a fort à parier que le Nouveau Parti démocratique (NPD) ne changera pas de cap sur cet enjeu, selon lui. «Dans le cas du NPD, on ne le sait pas, parce qu'il n'y a pas de précédent au pouvoir. Cela étant dit, si vous allez lire les communiqués de presse et les prises de position de Thomas Mulcair depuis 2011, on se rend compte, en fait, que leur position n'est pas tellement différente», a-t-il ajouté.

Vicky Fragasso-Marquis, La Presse Canadienne