NOUVELLES
16/08/2015 15:09 EDT | Actualisé 16/08/2016 01:12 EDT

Dans un match serré, Nestor et Roger-Vasselin s'inclinent face aux jumeaux Bryan

MONTRÉAL — Au cours de sa longue et glorieuse carrière, le Canadien Daniel Nestor a gagné partout dans le monde. Toutefois, la ville de Montréal ne compte toujours pas à son tableau de chasse.

Lors d'un match au jeu relevé sur le court central du stade Uniprix, Nestor et le Français Édouard Roger-Vasselin, un nouveau partenaire, ont baissé pavillon aux mains des légendaires jumeaux américains Bob et Mike Bryan, qui l'ont emporté 7-6(5), 3-6, 10-6 en finale du double de la Coupe Rogers.

Le match, prélude à la finale du simple entre Novak Djokovic et Andy Murray, s'est joué dans les derniers instants du super bris d'égalité alors que les Bryan ont remporté les quatre derniers points, mettant fin à un match enlevant disputé devant des gradins à moitié remplis.

La rencontre s'est terminée lorsque le Canadien de 42 ans a retourné une deuxième balle de Bob Bryan au-delà de la ligne de fond.

En Mike Bryan (111), Bob Bryan (109) et Nestor (87), la finale réunissait les trois tennismen les plus titrés de l'histoire du double masculin. Pour Nestor, il s'agissait aussi d'un 57e match contre les frères Bryan, le premier remontant à 1997, à San Jose, alors que les jumeaux étaient classés 667es au monde.

Les deux Bryan ont par ailleurs mis la main sur un cinquième titre de la Coupe Rogers, après leurs victoires en 2002, 2006, 2010 et 2012. Il s'agissait par ailleurs d'un premier triomphe à Montréal.

De son côté, Nestor était à la recherche d'une troisième victoire au Canada, où il n'a pas gagné depuis 2008. En compagnie du Québécois Sébastien Lareau, Nestor avait aussi remporté la finale du tournoi de 2000, à Toronto, quelques semaines avant que les deux Canadiens ne mettent la main sur une médaille d'or olympique à Sydney.

Lors de son allocution d'après-match, Nestor a rendu hommage à ses deux adversaires mais il est devenu particulièrement émotif au moment de remercier son épouse, devant même s'arrêter pour refouler les trémolos dans sa voix.

Nestor a aussi servi un commentaire très élogieux à l'endroit des organisateurs montréalais de la Coupe Rogers, et tout particulièrement à son directeur, Eugène Lapierre.

«Je viens de Toronto, mais c'est ici qu'a lieu le meilleur tournoi, un commentaire qui a suscité les applaudissements nourris du public. Je suis désolé de ne pas avoir réussi à l'emporter», a-t-il ajouté.

Michel Lamarche, La Presse Canadienne