NOUVELLES
16/08/2015 08:22 EDT | Actualisé 16/08/2016 01:12 EDT

Correspondant du Washington Post en Iran: pas encore de date pour le verdict

Le verdict dans le procès du correspondant du Washington Post en Iran accusé d'espionnage ne devrait pas être rendu d'ici lundi, contrairement aux attentes de son avocate, la justice ayant annoncé que la procédure contre lui n'est pas terminée.

Selon la loi iranienne, le juge dispose d'une semaine après la fin de la procédure pour rendre son jugement.

Lundi dernier, après la quatrième audience dans le procès de Jason Rezaian, son avocate Leila Ahsan avait déclaré à l'AFP que le verdict serait rendu "d'ici une semaine".

Mais le chef du département de la justice de Téhéran, Gholamhossein Esmaili, cité par l'agence Isna, a indiqué dimanche que "la fin de la procédure dans le dossier de Jason Rezaian n'a pas encore été déclarée".

"Le verdict n'a pas encore été rendu", a-t-il ajouté.

"Je pense que le verdict sera rendu d'ici à la fin de la semaine ou la semaine prochaine", a indiqué un peu plus tard le porte-parole de l'autorité judiciaire iranienne Gholamhossein Mohseni-Ejeie lors d'une conférence de presse rapportée par l'agence Isna.

En Iran, la semaine débute le samedi.

Il a affirmé que "Jason Rezaian n'est pas accusé en tant que journaliste", tout en refusant de donner "les détails du dossier".

Jason Rezaian, journaliste irano-américain de 39 ans, est emprisonné depuis plus d'un an. Il est notamment accusé "d'espionnage" et de "collaboration avec des gouvernements hostiles". Il encourt 20 ans de prison.

Incarcéré à la prison d'Evine dans le nord de Téhéran, il dément catégoriquement ces accusations, tout comme sa famille et ses proches qui affirment que son état de santé s'est dégradé en prison.

Jason Rezaian avait été arrêté en juillet 2014 à son domicile de Téhéran. Il était alors correspondant en Iran du Washington Post depuis deux ans.

L'audience de lundi dernier devant le tribunal révolutionnaire de Téhéran, une cour spéciale qui juge les dossiers politiques ou touchant à la sécurité nationale, était la première à se tenir après l'accord nucléaire du 14 juillet entre l'Iran et les grandes puissances, dont les Etats-Unis qui ont rompu leurs relations diplomatiques avec Téhéran en 1980 après la révolution islamique de 1979.

Selon Leila Ahsan, l'annonce du verdict dans le procès de Jason Rezaian devrait être suivie - à une date non déterminée - du procès de son épouse, la journaliste Yeganeh Salehi, et d'une photographe de presse arrêtées en même temps que lui.

sgh/stb/iw