NOUVELLES
15/08/2015 15:51 EDT | Actualisé 15/08/2016 01:12 EDT

Un tribunal du Congo accuse 34 personnes de génocide

KINSHASA, Congo — Un tribunal dans le sud-est du Congo a accusé 34 personnes de génocide en lien avec les violences ethniques qui ont tué des centaines de personnes dans les deux dernières années, a annoncé samedi le porte-parole du gouvernement.

Les 34 suspects sont également accusés de meurtres et de viols, notamment.

Cette semaine, l'organisme Human Rights Watch (HRW) a fait paraître un rapport qui presse le gouvernement du Congo à protéger les civils et à se pencher sur les causes profondes de la violence entre les Luba et les Batwa, deux groupes ethniques. Le rapport cite un document des Nations unies qui fait état de centaines de civils morts et de dizaines de milliers déplacés alors que des dizaines de villages ont été rasés par les flammes depuis 2013.

D'importants affrontements ont éclaté en 2013 sur le territoire de Manono dans le nord de la province de Katanga après que les Batwas ont commencé à réclamer des droits, notamment un accès à des terres et la fin du travail forcé, indique HRW.

L'un des pires incidents a eu lieu en avril, lorsque des combattants lubas ont tué au moins 30 hommes, femmes et enfants. L'attaque a détruit un camp pour les Batwas déplacés.

Des Batwas s'en sont également pris à des civils lubas avec des arcs et flèches et des machettes. Ils ont tué ou kidnappé des gens, a indiqué HRW.

Saleh Mwanamilongo, The Associated Press