POLITIQUE
15/08/2015 09:57 EDT | Actualisé 15/08/2015 09:57 EDT

L'industrie du taxi interpelle le PLQ: Uber ne doit pas être légalisé

GETTY IMAGES

MONTRÉAL - Alors que le caucus de l'aile parlementaire du Parti libéral du Québec et l'aile jeunesse de cette formation sont réunis samedi à Shawinigan, une association regroupant 5000 chauffeurs de taxi les interpelle.

Le Comité provincial de concertation et de développement de l'industrie du taxi met en garde le gouvernement contre les dérives de l'économie dite "de partage" dans l'industrie du taxi, telle que proposée par la commission-jeunesse du PLQ.

L'aile jeunesse doit soumettre à ses membres ce week-end une résolution qui, selon le Comité du taxi, assimile sans nuance le service de transport Uber à de l'économie de partage. Les jeunes libéraux demandent d'encadrer la pratique de toute l'économie du partage, dont Uber, afin de permettre aux Québécois d'avoir accès à ce service et au gouvernement d'en retirer des bénéfices.

Selon le Comité provincial de concertation et de développement de l'industrie du taxi, Uber est "loin d'être une entreprise répondant aux principes fondateurs de l'économie de partage". Le Comité soutient qu'il s'agit d'une compagnie qui offre du transport de personnes à des fins commerciales en ne respectant pas les lois et les règlements actuellement en vigueur au Québec dans l'industrie du taxi.

Il se demande comment on peut assimiler le "transport illégal" à de l'économie de partage, alors qu'Uber "provoque des pertes d'emploi dans un secteur déjà fragile".

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Le calendrier 2015 des chauffeurs de taxi new-yorkais Voyez les images