NOUVELLES
15/08/2015 08:21 EDT | Actualisé 15/08/2016 01:12 EDT

Trois civils tués en Ukraine dans un nombre record de bombardements

Trois civils ont été tués au cours des dernières 24 heures dans l'est rebelle prorusse de l'Ukraine où les autorités ukrainiennes ont dénoncé un nombre record de bombardements malgré une trêve en vigueur.

Deux civils ont été tués et quinze autres blessés par les bombardements dans plusieurs localités restées sous le contrôle de Kiev de la région de Donetsk, ont indiqué à l'AFP les autorités régionales loyales à Kiev.

Deux soldats ukrainiens ont par ailleurs été blessés dans la zone du conflit, a ajouté un porte-parole militaire ukrainien, Andriï Lyssenko.

A Gorlivka, une ville aux mains des rebelles située près de Donetsk, un civil a été tué et trois autres blessés, ont pour leur part indiqué les autorités séparatistes.

Sur la ligne de front, "la tension augmente à nouveau", a commenté M. Lyssenko.

"Au cours des dernières 24 heures, on a enregistré le plus grand nombre de tirs (rebelles) en six mois", a-t-il déclaré, accusant les séparatistes d'utiliser "tous les types d'armes dont ils disposent : des pièces d'artillerie, des chars, des mortiers, des lance-grenades et des armes légères", notamment près des ruines de l'aéroport de Donetsk.

Des positions ukrainiennes près du port stratégique de Marioupol, dernière grande ville de l'est rebelle à être sous le contrôle de Kiev, ont essuyé des tirs de lance-roquettes Grad et d'artillerie lourde de calibre 150 millimètres, armes interdites par des accords de paix de Minsk 2, a affirmé le porte-parole.

L'Ukraine craint une nouvelle offensive séparatiste autour du 24 août, jour de l'indépendance de cette ex-république soviétique.

Fin août 2014, les forces rebelles emmenées, selon Kiev et les Occidentaux, par des troupes régulières russes, avaient encerclé un important groupement de soldats ukrainiens près de la ville d'Ilovaïsk, au sud-est de Donetsk, et l'armée ukrainienne y avait perdu, selon Kiev, 366 de ses combattants en quelque jours.

Cette défaite, la pire tragédie subie par les forces armées gouvernementales dans cette guerre, était survenue au moment où les Ukrainiens étaient sur le point d'étouffer la rébellion prorusse. Kiev, qui a fini par signer quelque jours plus tard les premiers accords de paix de Minsk, accuse Moscou d'avoir alors envoyé plusieurs milliers d'hommes appartenant à ses troupes régulières pour aider les séparatistes, ce que la Russie nie farouchement.

Au total, le conflit dans l'est de l'Ukraine fait plus de 6.800 morts depuis son déclenchement en avril 2014.

La trêve établie à la mi-février en application des accords dits de Minsk 2 était globalement respectée malgré des incidents meurtriers réguliers avant d'être fragilisée par des affrontements de plus en plus intenses ces dernières semaines.

is-os-ant/bds