NOUVELLES
15/08/2015 12:54 EDT | Actualisé 15/08/2016 01:12 EDT

Rio: le parquet enquête sur des pots de vins pour favoriser l'entrée illégale de Chinois (presse)

Des agents du secteur de l'immigration de l'aéroport international de Rio de Janeiro font l'objet d'une enquête, soupçonnés de toucher des pots de vins pour laisser entrer des Chinois illégalement dans la ville, rapporte samedi le quotidien O Globo.

Le ministère public fédéral a ouvert cette enquête à partir d'une dénonciation, faite en juillet au ministère du Travail, par un homme qui aurait travaillé avec des Chinois au cours des 15 dernières années.

Selon cette dénonciation à laquelle Globo a eu accès, "des propriétaires Chinois de fast food à Rio -- qui recrutent des Chinois et les maintiennent dans des conditions proches du travail forcé -- verseraient jusqu'à 42.000 réais (quelque 12.000 dollars) pour faire entrer un immigrant illégal".

Sous couvert de l'anonymat, pour des questions de sécurité, ce témoin a raconté qu'une fois, un propriétaire de fast food qui faisait partie du réseau de corruption était arrivé à l'aéroport avec 20 minutes de retard sur l'horaire fixé avec les agents de l'immigration. Faute de paiement aux agents, les travailleurs chinois illégaux ont été renvoyés immédiatement en Chine.

Globo rappelle que la semaine dernière, quatre Chinois maintenus en semi-esclavage, ont été libérés d'un fast food de la banlieue nord de Rio par le ministère public du Travail.

Selon les informations livrées par ce témoin, les passeports étaient tamponnés dans le secteur de l'immigration à Rio mais "perdus" ensuite pour effacer les preuves. Les étrangers recevaient alors de nouveaux passeports.

Une source du ministère public a déclaré à Globo "que les visas étaient probablement falsifiés en Chine et quand les immigrants arrivent à Rio, le secteur de l'immigration feint de ne pas voir qu'ils sont faux et les valident, via le paiement d'un pot de vin".

La police fédérale n'a pas voulu se prononcer sur l'affaire, affirme O Globo.

cdo/mr