NOUVELLES
14/08/2015 23:33 EDT | Actualisé 14/08/2016 01:12 EDT

Kei Nishikori élimine Rafael Nadal en quarts de finale à la Coupe Rogers

MONTRÉAL — La huitième fois aura été la bonne.

Kei Nishikori a signé une première victoire en huit affrontements en carrière face à l'Espagnol Rafael Nadal, ce qui lui a permis d'atteindre pour la première fois les demi-finales à la Coupe Rogers.

Premier match de la séance de soirée qui s'est mise en branle peu après 22h en raison des trois heures de délais provoquées par les conditions climatiques et des deux matchs marathon de trois sets de la session de jour, le duel s'est soldé 6-2, 6-4 en faveur du Nippon, quatrième tête de série.

En demi-finale, Nishikori retrouvera le vainqueur du duel opposant le Britannique Andy Murray au Français Jo-Wilfried Tsonga. Ces derniers devaient s'amener sur le court central afin de débuter leur match un peu avant minuit.

Nadal, classé septième, a paru manquer de synchronisme tout au long de la première manche. Souvent en retard sur les frappes de Nishikori, celui qui a remporté trois fois les Internationaux du Canada a aussi commis un nombre inhabituel de fautes directes.

Nishikori, incisif, s'est détaché de son rival dès le troisième jeu de la première manche, remportant le premier de quatre jeux consécutifs pour se bâtir une avance de 5-1.

Le Japonais a repris là où il avait laissé à la manche suivante. Récoltant de nouveau le premier bris du set au troisième jeu, Nishikori l'a confirmé à l'aide de trois as consécutifs et d'un dernier point pendant lequel il s'est joué de l'Espagnol, l'envoyant de bout en bout du court.

Nishikori a récolté un deuxième bris dans cette manche sur un spectaculaire retour de service, Nadal ne se donnant même pas la peine de bouger. D'ailleurs, l'ex-numéro un mondial a éprouvé bien des ennuis au service, ne plaçant que 47 pour cent de ses premières balles en jeu en première manche. Il n'a pas été en mesure de sauver une seule balle de bris de tout le match.

Nadal a retrouvé un peu de sa superbe forme au milieu de la deuxième manche, brisant le Japonais avant de confirmer pour se rapprocher à 5-4, mais il était trop peu trop tard.

Frédéric Daigle, La Presse Canadienne