NOUVELLES
14/08/2015 13:55 EDT | Actualisé 14/08/2016 01:12 EDT

Usain Bolt reviendra à l'endroit où tout a vraiment commencé pour lui

Ils ont été propulsés à l'avant-scène du monde du sport ensemble il y a sept ans.

A leur façon, le Nid d'oiseau et Usain Bolt ont redéfini ce qui était possible aux Jeux olympiques.

Un stade pouvait jouer le rôle de vedette. Le Nid d'oiseau, un stade de 91 000 sièges en treillis avec des poutres en acier érigé au coût de 450 millions $ US, était la pièce maîtresse des Jeux de Pékin. Et il a été mis en lumière lors d'une spectaculaire cérémonie d'ouverture.

Puis Bolt est arrivé.

Le Jamaïcain de six pieds cinq a pris part à trois épreuves. Il a remporté l'or et établi des records du monde dans les trois. Il sera de retour au Nid d'oiseau samedi prochain pour le début des championnats du monde — contribuant à dépoussiérer un stade sous-utilisé tout en permettant peut-être de redonner une image positive à un sport accablé, une fois encore, par des affaires de dopage.

Depuis son départ du Nid d'oiseau le soir du 22 août 2008, Bolt a amélioré ses records — 9,58 secondes au 100 mètres, 19,19 au 200m et 36,84 au relais 4x100m. Il a gagné trois autres médailles d'or olympique et il a composé avec une variété de blessures, vu de nouveaux rivaux se lever et a été impliqué dans deux accidents de la route. 

Malgré tout, il demeure l'homme à battre avec les prochains Jeux olympiques dans moins d'un an. Mais il aura 30 ans le jour de la cérémonie de clôture à Rio de Janeiro. Désormais, tout n'est plus aussi facile.

On fait moins la fête. Et on mange plus de légumes.

«Je dois vraiment être prudent, demeurer bien conscient de tout mon environnement pour être à mon mieux», a expliqué Bolt, qui avait fait des Chicken McNuggets son dîner et son lunch aux Jeux olympiques de 2008.

Il se servira de sa prochaine présence au stade où il est devenu une véritable grande vedette comme quelque chose entre une répétition pour l'année prochaine et un vrai événement. C'est, après tout, la compétition la plus importante qu'il va disputer d'ici son séjour au Brésil.

Mais cet été, Bolt a été en proie à des blessures à la jambe, il n'est pas à son mieux et il est à court de forme. Il a inscrit son meilleur temps de la saison, 9,87 secondes, le 24 juillet lors d'une rencontre à Londres — l'autre stade olympique où il a imposé sa loi.

Il reste à voir dans quelle forme il sera cette fois à Pékin. Il constituera la vedette et sa présence offrira un répit à son sport pour ce rendez-vous de neuf jours alors qu'il est inscrit au 100m, 200m et relais 4x100m. L'intégrité de l'athlétisme est assombrie par le gros nuage de dopage qui est aussi épais et persistant que la pollution qui recouvre la capitale chinoise.

En juin, l'Associated Press a appris que l'Agence antidopage américaine avait lancé une enquête sur les allégations selon lesquelles le célèbre entraîneur d'athlétisme Alberto Salazar avait encouragé le médaillé d'argent olympique Galen Rupp et d'autres parmi ses meilleurs athlètes à contourner les règles antidopage.

Plus récemment, les reportages de la chaîne allemande ARD et du journal The Sunday Times en Grande-Bretagne ont examiné les résultats de 12 000 tests sanguins impliquant 5000 athlètes de 2001 à 2012. Les rapports ont conclu que 146 médailles olympiques et des championnats du monde dans les épreuves de fond et de demi-fond — y compris 55 d'or — ont été remportées par des athlètes qui ont enregistré des tests suspects.

L'IAAF a répliqué avec une dénonciation détaillée des reportages et une défense aussi solide de ses propres mesures antidopage, soutenue par nul autre que Sebastian Coe, le grand spécialiste de demi-fond qui se présente contre le légendaire spécialiste du saut à la perche Sergei Bubka pour l'élection à la présidence de la IAAF avant le début des championnats du monde.

Lors des précédents championnats du monde, en Corée du Sud, Bolt a commis un faux-départ en finale du 100 mètres, ouvrant la voie à son partenaire d'entraînement et compatriote Yohan Blake, qui a gagné le titre et s'est révélé comme le principal rival de Bolt aux Jeux de Londres.

Blake a eu le meilleur sur Bolt aux sélections nationales mais il n'y a pas vraiment eu de duel aux Olympiques. Bolt a remporté haut la main toutes les courses.

Cette année, l'American Justin Gatlin a obtenu le plus de publicité comme le principal rival de Bolt, en partie parce qu'il a disputé régulièrement des compétitions tandis que Bolt a passé la plupart de son temps à l'entraînement. Gatlin revendique les quatre meilleurs chronos sur 100 mètres cette année, le meilleur en 9,74 secondes en mai.

Eddie Pells, The Associated Press