NOUVELLES
14/08/2015 07:48 EDT | Actualisé 14/08/2016 05:12 EDT

Un tribunal indonésien annule la condamnation d'un enseignant canadien

Anadolu Agency via Getty Images
JAKARTA, INDONESIA - AUGUST 14 : Jakarta International School (JIS) teachers Neil Bantleman (R) hugs his wife Tracy Bantleman outside Cipinang prison, shortly after being released from jail, in Jakarta, Indonesia, 14 August 2015. A Canadian teacher and an Indonesian teaching assistant serving 10 years in an Indonesian prison for child sexual offenses were released Friday after a court overturned their convictions. (Photo by Jefri Tarigan /Anadolu Agency/Getty Images)

DJAKARTA, Indonésie — Un enseignant ontarien et son assistant d'enseignement indonésien ont été libérés vendredi après qu'un tribunal eut annulé leur condamnation pour des infractions sexuelles contre des enfants.

Neil Bantleman, âgé de 45 ans, et Ferdinant Tjiong ont été accueillis par des parents et amis alors qu'ils sortaient de la prison de Cipinang dans l'est de Djakarta.

Les deux hommes purgeaient une peine de prison de dix ans parce qu'ils auraient agressé sexuellement trois jeunes enfants.

Au terme d'un procès controversé, MM. Bantleman et Tjiong avaient été condamnés en avril par un tribunal du sud de Djakarta pour avoir violé la loi de protection des enfants.

Ils avaient également reçu une amende de 7700 $ US (environ 10 070 $ canadiens) et six mois de prison supplémentaires.

Ils ont maintenu leur innocence et ont fait appel à la Haute Cour de Djakarta qui a renversé la décision.

M. Bantleman, qui a étreint et embrassé son épouse à plusieurs reprises, a dit être heureux que la vérité soit enfin sortie.

L'avocat des deux hommes a affirmé que les allégations de viols avaient été portées devant les tribunaux pour une question d'argent, essentiellement, ce qui avait été confirmé par le directeur et d'autres enseignants de l'école lors de leur témoignage.

La mère d'un des enfants poursuivait d'ailleurs l'école pour 125 millions $ et sa plainte avait été rejetée par le tribunal, lundi.

Cette décision laissait croire que la condamnation contre les deux hommes pourrait également être annulée.

L'École interculturelle de Jakarta où enseignaient les deux hommes est fréquentée par l'élite indonésienne, dont les enfants de diplomates et des expatriés.