NOUVELLES
14/08/2015 16:52 EDT | Actualisé 14/08/2016 01:12 EDT

Syrie: l'EI encercle un bastion rebelle dans le nord (ONG)

Le groupe Etat islamique (EI) est parvenu vendredi soir à encercler un important bastion rebelle dans le nord de la Syrie, après moins d'une semaine de combats qui ont fait au moins 121 morts, selon une ONG.

Depuis dimanche dernier, l'organisation extrémiste a pris une série de localités autour de Marea, ville considérée comme le plus important réservoir de combattants et d'armes dans la province d'Alep pour les rebelles qui luttent à la fois contre le régime de Bachar al-Assad et l'EI.

Cette petite ville, à 35 km au nord de la ville d'Alep, est également située sur une importante route menant à la frontière turque.

"Vendredi soir, l'EI a pris le village de Tlaline, encerclant de facto totalement Marea", a afirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Les jihadistes assiègent la ville désormais de l'est, du nord, du sud et du sud-ouest", a-t-il expliqué.

En outre, "l'EI contrôle par le feu la route à l'ouest de la ville et qui mène vers la frontière turque", 25 km plus loin.

"Tlaline est désormais aux mains de l'EI", indique de son côté le militant Mamoun al-Khatib, directeur d'une agence de presse locale anti-régime dans la province d'Alep, Shahba.

"L'EI viole nos villages et nos villes les uns après les autres, nous crions à l'aide et personne ne nous répond", ajoutait-t-il en soirée sur sa page Facebook.

D'après un bilan de l'Obervatoire, 76 rebelles et 45 jhadistes ont péri depuis le début de l'attaque de l'EI dimanche. Le groupe ultraradical a fait explosé six voitures piégées au cours de son offensive.

Marea a été l'une des pemières villes à se soulever contre le régime d'Assad en 2011.

Et c'est à partir de la région de Marea que les rebelles avaient mené leur offensive fulgurante en 2012 contre Alep, deuxième ville du pays, s'emparant des quartiers est de la métropole.

Le conflit en Syrie a été déclenché en mars 2011 par la répression sanglante de manifestations antigouvernementales pacifiques, qui ont dégénéré en révolte armée puis en guerre civile brutale. Les combats opposent désormais régime, rebelles, Kurdes et jihadistes qui s'affrontent sur un territoire de plus en plus morcelé.

ram/gg