NOUVELLES
14/08/2015 14:05 EDT | Actualisé 14/08/2016 01:12 EDT

Montréal accueille un salon du tourisme médical

Montréal accueille le premier salon du tourisme médical au Canada. « Destination santé », qui se tient au Palais des congrès les 14 et 15 août, offre des renseignements sur les techniques et services médicaux, disponibles notamment en Europe et en Amérique latine. Le Collège des médecins du Québec appelle toutefois les malades à faire preuve de prudence avant de confier leur vie à des professionnels étrangers.

Les organisateurs de l'événement, CanSanté et MedBrick, soutiennent que le tourisme médical est en pleine expansion chez les Canadiens.

Selon l'Institut Fraser, plus de 52 000 Canadiens se sont rendus à l'étranger en 2014 pour obtenir des services médicaux et dentaires non urgents. C'est une augmentation de 26 % par rapport à l'année précédente.

L'Institut soutient également que les Canadiens dépensent plus de 400 millions de dollars américains chaque année pour obtenir des services médicaux à l'étranger.

Listes d'attente

Que ce soit pour une opération à la hanche ou aux yeux, les Canadiens doivent souvent attendre des mois avant d'être soignés dans le système public.

Le PDG de MedBrick, Pablo Castillo, soutient qu'au Québec, la liste d'attente pour le remplacement d'un genou est de un an à un an et demi. Cette chirurgie peut toutefois se faire beaucoup plus rapidement en Amérique latine, en déboursant « de 10 000 $ à 15 000 $ » estime M. Castillo.

Et si elles doivent opter pour le privé, plusieurs personnes peuvent être tentées par les prix moins élevés offerts ailleurs.

Par exemple, une chirurgie bariatrique, qui coûte environ 20 000 $ au Canada, peut-être réalisée pour moins de 7000 $ dans un hôpital guatémaltèque.

Des forfaits tout-inclus

Pour réaliser le voyage, il faut toutefois ajouter plusieurs autres dépenses au montant de l'opération.

Des facilitateurs, comme Guillaume Debaene, de l'agence MediTravel, proposent justement des forfaits, qui comprennent la procédure médicale, le billet d'avion et l'hôtel.

« On propose de tout organiser pour vous, de faciliter la démarche et de vous mettre en rapport avec le chirurgien », dit-il « et de prendre soin de tout l'aspect qui arrive après la procédure, que ce soit la réhabilitation ou le retour à la maison ou la prise en charge dans le système canadien ».

L'industrie a par ailleurs développé une assurance complications, qui coûte de 400 $ à 3000 $, pour essayer de diminuer les craintes de complications associées à ces procédures médicales, même si, selon Pablo Castillo, la plupart des interventions pratiquées à l'étranger sont réussies.

Le Collège des médecins appelle à la prudence

Le Collège des médecins du Québec a pour sa part de « grandes réserves » quant aux traitements offerts à l'étranger, soutient le secrétaire adjoint de l'ordre professionnel, le Dr Jean-Bernard Trudeau.

Il conseille à ceux qui seraient tentés par l'aventure de bien s'informer avant de prendre une décision. « Ces gens-là sont d'abord là pour faire de l'argent, faire du profit, alors il faut garder ça en tête », avance-t-il.

Le Dr Trudeau dit également qu'avant d'aller chercher à l'étranger un traitement non disponible au Canada ou non accepté par les régimes de soins médicaux des provinces, il faut s'assurer qu'il soit reconnu scientifiquement.

Le médecin appelle donc à la responsabilisation de ceux qui veulent obtenir ce type de service, et à « aller chercher toute la documentation avant et toute l'information pendant » la procédure.

Il demande aussi à ce que cette information médicale soit disponible dès le retour au pays. Ainsi, en cas de complications, les médecins canadiens seront à même de faire le suivi.