DIVERTISSEMENT
14/08/2015 01:56 EDT | Actualisé 14/08/2015 02:06 EDT

Mac DeMarco en mode zen au Métropolis

weeklydig/Flickr
Illegally Blind presents: Mac Demarco, Amen Dunes, Juan Wauters, and Vundabar at the Middle East Downstairs April 7th, 2014. ©2014 Mona Maruyama

Aller à un spectacle de Mac DeMarco, c'est toujours une aventure: si on le sait que ça va être plaisant, on se doute que ça risque d'être fou...et même que ça peut déraper.

Du public qui se lance sur la scène du Théâtre Rialto comme s'il n'y avait pas de lendemain en novembre dernier aux éclats de Mac qui est plus souvent qu'autrement imprévisible, on ne peut que regarder le spectacle en se demandant si cette fois aussi, ça va péter. Jeudi soir au Métropolis, l'auteur-compositeur-interprète canadien a opté pour une soirée tranquille. Et ça n'a pas été pour déplaire aux spectacteurs.

La sensation indie-rock de Colombie-Britannique - qui a vécu quelques années à Montréal et qui a maintenant pied à terre à New York - a commencé tout en douceur, enchaînant les pièces de ses cinq albums. Dans la salle pas si remplie (qui affichait pourtant complet depuis des semaines), les spectateurs ont pu entendre Salad Days, Ode To Viceroy, No Other Heart, Another One...

Une prestation un brin inégale: il faut dire que les pièces de Some Other Ones (juillet 2015) et Another One (août 2015) sont un peu moins accrocheuses que les chansons précédentes de DeMarco. Si ça n'a rien de négatif, on peut tout de même se demander si c'est ce qui a calmé le public habituellement déchaîné de l'artiste.

Une fin plus DeMarco

C'est vers la fin du spectacle que l'artiste et ses acolytes semblent s'être réveillés. Après la reprise hilarante de Yellow de Coldplay par le guitariste, qui a pris la parole plus souvent qu'à son tour, l'ambiance est devenue plus vivante, intense. DeMarco s'est même permis de quitter la scène - et les quelques spectateurs qui y ont tout de même sagement pris place - pour se gâter avec un long trajet de bodysurfing. Le public l'a littéralement transporté jusqu'au bar derrière le Métropolis pour ensuite le ramener vers la scène pour qu'il puisse continuer son spectacle.

Preuve à l'appui:

Comme un coup de fouet, ce petit moment de folie a ouvert la porte au très long rappel. Au menu? Enter Sandman de Metallica, majoritairement. Les gars se sont gâtés avec un paroxysme musical qui était cocasse à voir. Mais vive la simplicité: tant qu'à tomber dans le merveilleux monde du rappel, pourquoi ne pas tout simplement chanter un de ses succès? Sûrement parce que DeMarco se fout des conventions et que son public lui rend bien.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST