NOUVELLES
14/08/2015 12:45 EDT | Actualisé 14/08/2016 01:12 EDT

Le Kenya détruit un bateau de passeurs d'héroïne

Les autorités kényanes ont détruit vendredi un yacht intercepté alors qu'il traversait l'océan Indien avec un chargement d'héroïne, a annoncé le ministère de l'Intérieur, engagé dans une lutte contre la recrudescence du trafic de drogue.

La police kényane avait saisi le bateau en avril, après la découverte à son bord de 6.7 kilos d'héroïne, a rapporté le ministre de l'Intérieur Joseph Nkaissery dans un communiqué.

"Sous mon autorité, toute embarcation, véhicule ou avion surpris à transporter de la drogue ou de l'ivoire est vouée à la destruction" a dit M. Nkaissery. "Le Kenya ne servira pas de pays de transit, ni de base pour le trafic".

Selon la police, le petit yacht, baptisé "Baby Iris", était régulièrement utilisé pour transporter des drogues entre les Seychelles, la Tanzanie et le Kenya.

C'est la deuxième fois que le Kenya détruit un bateau de passeurs. En août 2014, le président Uhuru Kenyatta assistait en personne à la destruction d'un navire marchand intercepté avec 377 kilos d'héroïne à bord.

L'Afrique de l'Est est devenue un "itinéraire-bis" pour les narcotrafiquants. Elle offre une alternative à la traditionnelle Route de l'opium qui emprunte l'Asie Centrale et les Balkans.

Cette voie d'acheminement a été révélée une première fois en 2010, quand des policiers ont intercepté au nord de la Tanzanie, quatre nationaux et deux Iraniens, transportant 95 kilos d'héroïne.

Depuis, les saisies ont explosé. L'an dernier, près de 4 tonnes d'héroïne ont été découvertes par des navires de guerre déployés pour la lutte contre la piraterie, le long de la côte est-africaine, soit presque deux fois plus qu'en 2013.

ra-pjm/jop/fal