NOUVELLES
14/08/2015 05:13 EDT | Actualisé 14/08/2016 01:12 EDT

La banque centrale allemande souhaite un contrôle indépendant des budgets européens

Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, a appelé vendredi à la création d'une autorité indépendante, qui reprendrait à son compte le contrôle du respect des règles budgétaires et de stabilité en Europe, jusqu'ici assuré par la Commission Européenne.

Etant donné "la discussion actuelle menée au sujet du futur rôle de la Commission européenne, de nombreux arguments plaident en faveur d'un transfert de ces tâches de surveillance budgétaire et de contrôle des règles à une autorité indépendante", a estimé le chef de la banque centrale allemande dans une tribune publiée par l'hebdomadaire Focus.

La zone euro est mise à l'épreuve par la crise grecque. Après plusieurs mois de négociations sans fin et d'accords à l'arrachée, M. Weidmann a dénoncé "l'application plutôt laxiste et politique des règles par la Commission européenne dans le cas de pays qui accusent un déficit budgétaire trop élevé".

"La coopération entre Etats est vouée à l'échec si chacun d'entre eux peut +commander+, mais que tout le monde doit finalement payer la facture", prévient-il.

Connu pour ses positions conservatrices au sein du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), M. Weidmann propose une alternative.

"Une institution européenne centrale pourrait désormais intervenir directement si la politique économique et financière d'un pays membre donne lieu à des dérapages notables", écrit-il.

"Celle-ci aurait une tâche clairement définie et un mandat univoque et ne serait pas intégrée dans le processus de négociation politique en Europe", ajoute-t-il.

Cette sortie intervient quelques semaines après que le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a envisagé de transférer certains rôles de la Commission européenne à des autorités indépendantes.

Le psychodrame grec a également poussé la France à des propositions pour renforcer la zone euro. Son président François Hollande a suggéré mi-juillet l'idée d'un budget en propre et d'un ministre des Finances européen, ainsi que d'une "avant-garde" de pays plus motivés que les autres.

Peu développée, l'initiative n'a depuis pas été commentée publiquement par Berlin. Mais l'idée d'un budget commun ne ravit pas en Allemagne, où certains experts craignent de financer des voisins plus dépensiers.

rfo/esp/ros