NOUVELLES
14/08/2015 19:01 EDT | Actualisé 14/08/2016 01:12 EDT

Guinée-Bissau: le Conseil de sécurité appelle l'armée à ne pas s'impliquer

Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est penché vendredi sur la crise politique en Guinée-Bissau, sans gouvernement depuis jeudi, appelant les forces de sécurité à ne pas intervenir.

Dans un communiqué unanime, les 15 membres du Conseil de sécurité ont enjoint les parties à "résoudre la dispute actuelle dans l'intérêt de la paix en Guinée-Bissau".

Les membres du Conseil "ont souligné l'importance pour les forces de sécurité de ne pas intervenir dans la situation politique en Guinée-Bissau".

L'envoyé des Nations unies Miguel Trovoada et le président du Sénégal, qui dirige la Cedeao (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest) travaillent ensemble pour tenter de trouver "une solution pacifique à l'impasse", ont rappelé les membres du Conseil, ajoutant qu'ils "avaient l'intention de suivre de près la situation et d'y répondre de façon appropriée".

La Guinée-Bissau a plongé jeudi dans une nouvelle crise politique après la dissolution par le président de la République, José Mario Vaz, du gouvernement du Premier ministre Domingos Simoes Pereira à la suite d'une mésentente au sommet de l'Etat.

Secoué par un coup d'Etat militaire en 2012, le petit pays lusophone ouest-africain avait organisé des élections législatives et présidentielle en 2014.

Pays de 1,6 million d'habitants, la Guinée-Bissau, a connu plusieurs coups d'Etat - réussis ou avortés - depuis son indépendance en 1974. L'instabilité politique et la pauvreté y ont facilité depuis des années l'implantation de trafiquants de drogue.

cml/elc/faa