NOUVELLES
14/08/2015 06:38 EDT | Actualisé 14/08/2016 01:12 EDT

Guerre: les excuses du Japon "inébranlables" mais exemptons-en les générations futures (Abe)

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a qualifié d'"inébranlables" les "excuses" de ses prédécesseurs pour les victimes du Japon pendant la guerre, mais a appelé à ne pas faire porter aux générations futures la culpabilité d'un conflit qu'elles n'ont pas vécu.

"Au 70e anniversaire de la fin de la guerre, je m'incline profondément devant les âmes de tous ceux qui ont péri tant dans notre pays qu'à l'étranger. J'exprime mes sentiments de profonde peine et mes condoléances éternelles et sincères", a dit M. Abe dans sa déclaration officielle marquant l'anniversaire de la capitulation du Japon.

Le contenu de cette déclaration du Premier ministre de droite était très attendu et sera étudié de très près par les voisins asiatiques de l'archipel qui ont souffert du militarisme et du colonialisme japonais, ainsi que des exactions de l'armée impériale pendant la première moitié du 20e siècle.

"Le Japon a à maintes reprises exprimé ses sentiments de remords profonds et ses excuses sincères pour ses actes pendant la guerre", a-t-il dit, citant "l'histoire des souffrances des peuples d'Asie" et ajoutant que son pays s'était depuis la fin du conflit "constamment consacré à la paix et à la prospérité dans la région".

"Ces positions exprimées par les précédents gouvernements resteront inébranlables à l'avenir", a-t-il déclaré.

"Au Japon, plus de 80% de la population est née après-guerre. Nous ne devons pas laisser nos enfants, petits-enfants et les générations suivantes, qui n'ont rien à voir avec la guerre, être prédestinés à s'excuser. Nous avons la responsabilité d'hériter du passé, en toute humilité, et de le transmettre pour l'avenir", a-t-il ajouté.

L'expansion militaire du Japon entre 1910 et 1945 continue à empoisonner ses relations avec la Chine et la Corée du Sud, et ces pays décortiquent à chaque anniversaire les propos et gestes des politiques japonais. Les réactions officielles de Pékin et Séoul ne manquent pas de se faire entendre.

oh-kap-uh/alc