NOUVELLES
14/08/2015 05:57 EDT | Actualisé 14/08/2016 01:12 EDT

Afrique du Sud: Amnesty réclame la suspension des policiers impliqués dans la tuerie de Marikana

Les policiers sud-africains impliqués dans la fusillade de Marikana doivent être immédiatement suspendus, a demandé Amnesty International dans un communiqué publié vendredi, trois ans après la tuerie où 34 mineurs avaient été abattus par la police.

"Il est essentiel que le président Zuma montre un leadership fort et prenne des mesures au sommet de la hiérarchie policière", a affirmé Deprose Muchena, le directeur de l'ONG pour l'Afrique australe qui appelle notamment à la suspension de la directrice de la police nationale, Riah Phiyega.

"Les coupables de ces meurtres doivent être traduits devant la justice" a-t-il ajouté dans un communiqué qui rappelle que "depuis trois ans, aucun membre de la police nationale n'a été suspendu".

En juin, le rapport de la commission d'enquête indépendante avait préconisé l'ouverture d'une enquête pénale contre les policiers responsables de la mort des mineurs, mais avait exonéré de toute responsabilité les politiques.

Les partis d'opposition réclament que ces derniers soient également poursuivis devant la justice.

"Marikana est un meurtre qui a été commis en plein jour et sous l'influence et la supervision de politiques qui continuent de profiter des privilèges de ce Parlement", a déclaré jeudi au parlement le député Julius Malema, chef de file du parti de gauche radicale des "Combattants pour la liberté économique" (EFF).

Mmusi Maimane, le chef de l'Alliance Démocratique, le principal parti d'opposition a estimé pour sa part que l'absence de poursuites contre les responsables politiques du massacre était "indéfendable".

Les avocats des familles des victimes ont déposé mercredi une plainte au civil contre l'Etat sud-africain afin de demander un dédommagement pour la mort des mineurs et des excuses officielles de la part du ministre de la Police.

Si aucune commémoration officielle n'est organisée par le gouvernement, une cinquantaine d'évènements sont prévus dimanche pour l'anniversaire des trois ans de la tuerie, le principal se tenant à Marikana, sur la colline de Wonderkop où les 34 mineurs de Lonmin avaient été tués le 16 août 2012.

sk-pid/cpb/jhd