NOUVELLES
13/08/2015 12:10 EDT | Actualisé 13/08/2016 01:12 EDT

Venezuela : un ancien ministre de Chavez en liberté conditionnelle

La justice vénézuélienne a accordé la liberté conditionnelle à l'ancien ministre de la Défense Raul Isaias Baduel, un allié devenu critique du défunt président Hugo Chavez, incarcéré depuis avril 2009 sur des accusations de corruption, a annoncé son avocat à l'AFP.

"Nous sortons de (la prison militaire de) Ramo Verde. Ils lui ont accordé la liberté conditionnelle", a déclaré mercredi soir par téléphone Me Omar Mora.

L'ancien général, âgé de 60 ans, avait été condamné en 2010 à sept ans et 11 mois de prison pour corruption.

Les termes de cette liberté conditionnelle empêche le condamné de faire des déclarations publiques et lui imposent de se présenter devant un juge tous les mois.

Raul Baduel avait dirigé en avril 2002 l'opération qui avait permis le retour au pouvoir du président Chavez (1999-2013), brièvement renversé par un coup d'Etat.

Toutefois, l'ancien militaire, à la tête de l'armée entre 2004 et 2006, est devenu un critique féroce du chavisme, jusqu'à son arrestation pour corruption, une accusation souvent retenue contre les opposants au pouvoir en place.

En 2007, alors ministre, M. Baduel, considéré aujourd'hui par l'opposition comme le plus ancien prisonnier politique du Venezuela, s'était opposé publiquement à une réforme constitutionnelle proposée par M. Chavez, par la suite refusée par les électeurs lors d'un référendum.

Sa remise en liberté intervient au lendemain de celle de Daniel Ceballos, ancien maire de la ville de San Cristobal (ouest), berceau de manifestations antigouvernementales de l'année dernière, et incarcéré depuis mars 2014.

Le Venezuela s'apprête à élire ses députés en décembre, un scrutin pour lequel l'opposition au président socialiste Nicolas Maduro part largement favorite, une première depuis l'avènement du chavisme.

Le pouvoir a récemment interdit plusieurs figure de l'opposition de se présenter à ce scrutin, par le biais de sanctions administratives.

Deux opposants d'envergure - le fondateur du parti Voluntad Popular, Leopoldo Lopez, et le maire destitué du grand Caracas, Antonio Ledezma - sont actuellement incarcérés, accusés pour l'un d'incitation à la violence contre le gouvernement et pour l'autre de conspiration.

axm/jm/cd/hdz/tsz