NOUVELLES
13/08/2015 18:46 EDT | Actualisé 13/08/2016 01:12 EDT

Un test supplémentaire pour déceler les commotions dans la LCF et dans la NFL

TORONTO — La LCF et la NFL s'associent pour ajouter un examen médical de deux minutes aux tests standards pour déceler les présumés commotions cérébrales afin de déterminer rapidement si un joueur doit quitter le match ou peut retourner sur le terrain.

Mais à quel point est-ce que le test King-Devick est efficace pour diagnostiquer une commotion? Est-ce qu'il s'agit d'un exercice de relations publiques pour les deux Ligues qui sont impliquées dans des poursuites avec d'anciens athlètes ou est-ce qu'elles se soucient réellement de la santé des joueurs?

Le test chronométré, qui implique la lecture de phrases irrégulièrement espacée et de séries de chiffres non-séquentiels sur des cartes ou des applications, a initialement été développé par les optométristes américains Alan King et Steven Devick. L'objectif était de déceler les problèmes de vision qui affectent les habiletés de lecture.

Mais au cours des cinq dernières années, des groupes de recherche autour du monde ont cherché à savoir si le test pouvait déceler les commotions cérébrales, une blessure au cerveau qui peut affecter l'attention et la concentration.

Dr David Dodick, un neurologue de la Clinique Mayo de Phoenix qui se spécialise dans les commotions, a révélé que plusieurs études avaient démontré que le test King-Devick est très efficace en ce qui a trait au diagnostic.

«C'est ce qui en fait un outil très valable», a dit Dodick, notant que le test basé sur le temps est plus objectif que les examens standards comme le SCAT3 et n'est pas affecté par la fatigue des joueurs.

Les joueurs ont passé le test K-D avant le début de la saison afin d'établir une durée de temps moyenne pour lire les 120 chiffres, qui sont présentés selon divers modèles qui compliquent la lecture.

Si un joueur est soupçonné d'avoir subi une commotion pendant le jeu, il passera à nouveau le test et ses résultats seront comparés. Si la tâche prend plus de temps à compléter ou est truffée d'erreurs, l'athlète ne devrait pas revenir au jeu et consulter un médecin.

Cette année, la Clinique Mayo, une institution à but non-lucratif, a approuvé le test pour les sports de contact collégiaux, amateurs et professionnels en paraphant une entente avec King-Devick Test Inc.

Sheryl Ubelacker, La Presse Canadienne