NOUVELLES
13/08/2015 11:26 EDT | Actualisé 14/08/2015 01:28 EDT

La SPCA réclame le bannissement des calèches à Montréal (VIDÉO)

La SPCA de Montréal réclame une réglementation qui mène à l'élimination des calèches dans les rues de la métropole québécoise, estimant que l'industrie inflige des souffrances aux chevaux.

La branche montréalaise de la Société de prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) lance sa campagne : « Le centre-ville de Montréal n'est pas un endroit pour des chevaux ». L'initiative intervient quelques jours avant les célébrations du 350e anniversaire du cheval canadien. L'événement doit avoir lieu samedi prochain dans le quartier Sud-Ouest où 30 calèches paraderont.

La SPCA lance également une pétition dans le but d'obtenir l'appui de la population dans sa croisade.

L'organisme appuie sa démarche en énumérant les accidents récents impliquant des chevaux. Un cheval a fait une chute à l'angle des rues Notre-Dame Ouest et Peel, dans le Vieux-Montréal, le 14 juillet dernier, et un autre s'est effondré, victime d'épuisement, la semaine dernière à Québec, rappelle l'organisme.

La SPCA précise que des chevaux travaillent souvent neuf heures par jour, sept jours par semaine, parfois par des chaleurs accablantes, pour rentrer, à la fin de leur journée de travail, dans des stalles où ils ne peuvent guère bouger.

L'organisme ajoute que les chevaux travaillent dans un environnement stressant, où le bruit des voitures et le risque de collision les met en danger, de même d'ailleurs que les passants qui les côtoient. Les années de marche sur le bitume - une surface anormalement dure pour les chevaux - leur cause des blessures aux pattes.

Le rapport commandé par la Ville sur l'état de santé des chevaux de calèche à Montréal ne satisfait pas la SPCA. Bien que le rapport conclut que l'industrie des chevaux de calèche ne contribue pas à faire augmenter la cruauté animale, la SPCA estime que « l'utilisation de chevaux de calèche à Montréal cause d'importantes souffrances à ces chevaux »,

« Les calèches tirées par des chevaux ne sont pas une manière charmante pour les touristes de découvrir le vieux Montréal, mais plutôt une forme subventionnée de cruauté envers les animaux, ce qui ternit l'image de notre belle ville en suscitant des commentaires négatifs », déplore le directeur général de la SPCA de Montréal, Nicholas Gilman.

La section montréalaise de l'organisme souligne que de grandes villes comme Londres, Paris, Bejing et Toronto ont interdit la circulation des calèches dans leurs rue., Elle estime que Montréal devrait emprunter la même avenue en adoptant un plan d'élimination progressive de cette industrie.

Les calèches à New York

Le maire de New York, Bill de Blasio, a fait de l'interdiction des calèches un engagement électoral. En décembre dernier, son administration a déposé un projet de loi visant à mettre un terme à cette pratique, que lui-même a qualifiée d'« inhumaine ». Le maire voudrait que le projet entre en vigueur d'ici le 1er juin 2016.

Son initiative se heurte toutefois à une forte opposition de l'industrie et des syndicats municipaux, qui craignent des pertes d'emploi, même si le maire propose des mesures pour les aider.

Toronto a chassé les calèches de ses rues en 1998.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Réactions après la diffusion de la photo d’un cheval affaissé sur la chaussée Voyez les images