NOUVELLES
12/08/2015 22:24 EDT | Actualisé 12/08/2016 01:12 EDT

République dominicaine: les Français accusés de trafic de drogue clament leur innocence

Les avocats de la défense des quatre Français accusés de trafic de drogue en République Dominicaine ont demandé la relaxe de leurs clients mercredi, aucun fait répréhensible par la loi ne pouvant selon eux leur être reproché.

"Nous demandons la relaxe pour les pilotes Bruno Odos et Pascal Jean Fauret car aucun acte illégal ne peut leur être reproché", a déclaré l'avocate Maria Elena Gratereaux à la barre.

Les quatre Français jugés à Saint-Domingue depuis début juin, les pilotes d'avion Pascal Fauret et Bruno Odos, l'entremetteur Alain Castany et le passager Nicolas Pisapia, ont été arrêtés dans la nuit du 19 au 20 mars 2013 à bord d'un Falcon 50 sur le point de décoller de l'aéroport de Punta Cana, dans lequel se trouvaient plusieurs valises contenant 680 kilos de cocaïne.

Les deux pilotes nient avoir eu connaissance de la cargaison de l'appareil.

L'avocat Bienvenido Fabián Melo a fait valoir précédemment que, selon la convention de Chicago sur l'aviation civile internationale, le contenu de la cargaison relevait de la responsabilité de l'Etat et non de celle des pilotes.

Andy de Leon, l'avocat de Nicolas Pisapia, passager du vol, a soutenu mercredi qu'il n'avait pas pu être prouvé que son client connaissait le contenu des bagages chargés dans l'avion.

De son côté Luz Diaz, avocate du membre d'équipage Alain Castany a insisté sur le fait qu'il s'agissait d'un vol charter, à caractère commercial et non d'un vol privé, et que d'autre part le lien entre son client et le passager n'avait pas été établi.

Les quatre Français, accusés de former, avec 10 coaccusés dominicains membres de différents organes de sécurité publique ou aéroportuaire, un réseau international de trafiquants de drogue, encourent 20 ans de prison.

nlb/axm/cd/tsc/jr