POLITIQUE
13/08/2015 02:50 EDT | Actualisé 14/08/2015 07:08 EDT

Harper muet sur le plan de communication destiné à étouffer l'affaire Duffy (VIDÉO)

REGINA _ Le chef conservateur Stephen Harper a refusé de commenter son implication et celle de son proche entourage dans la tentative d'étouffer le scandale des dépenses du sénateur déchu Mike Duffy.

De passage dans une ferme familiale de Regina, en Saskatchewan, jeudi, il a assuré que sa préoccupation première avait toujours été que M. Duffy abusait de l'argent des contribuables.

M. Harper s'en est tenu à sa version des faits, réitérant qu'il a posé des gestes lorsqu'il a appris que le sénateur de l'le-du-Prince-Édouard ne comptait pas rembourser ses réclamations jugées indues.

Il n'a pas répondu directement à la question d'une journaliste qui lui demandait pourquoi il avait donné son feu vert à un plan de communication essentiellement destiné à tromper la population.

Au sein de son bureau, on appelait "scénario de remboursement" ce plan qui devait faire disparaître discrètement le scandale des dépenses de M. Duffy, a-t-on appris au procès de ce dernier, mercredi.

Nigel Wright, l'ancien chef de cabinet de M. Harper, a dit lors de son témoignage que ce dernier ignorait que le plan prévoyait que quelqu'un d'autre allait rembourser les dépenses contestées.

Mais plusieurs proches collaborateurs étaient au courant de cet aspect du plan, et ils ont participé aux négociations souvent tendues qui se sont déroulées en coulisses en 2013.

Pour sa part, Stephen Harper a été informé du plan de façon générale, a dit M. Wright mercredi au palais de justice d'Ottawa.

Le chef conservateur a été principalement questionné sur l'affaire Duffy, jeudi, mais il avait décidé de consacrer son allocution du jour à l'économie.

Il a accusé ses adversaires Thomas Mulcair et Justin Trudeau, qui se présentent tous deux comme les champions de la classe moyenne, de ne pas vraiment comprendre qui fait vraiment partie de cette fameuse classe moyenne au Canada.

Leur farouche opposition à l'augmentation du plafond du compte d'épargne libre d'impôts (CELI), mesure contenue dans le budget conservateur déposé en avril dernier, en témoigne, selon M. Harper.

Le premier ministre sortant a assuré, en ce 12e jour de la campagne électorale, que les conservateurs continueraient à protéger à cette mesure fiscale s'ils sont reportés au pouvoir.