POLITIQUE
12/08/2015 02:08 EDT | Actualisé 12/08/2015 02:09 EDT

Thomas Mulcair voit des avantages à Énergie Est (VIDÉO)

LÉVIS - Sans prendre position dans le dossier, Thomas Mulcair a énuméré mercredi matin les nombreux avantages d'un oléoduc transportant du pétrole issu des sables bitumineux de l'Alberta vers la côte est.

Le chef du NPD a de nouveau été questionné lors de son passage à Lévis sur sa position dans le dossier de l'oléoduc Énergie Est, projeté par TransCanada. Le Bloc québécois accuse Thomas Mulcair de ne pas tenir le même discours sur le sujet en français et en anglais.

Thomas Mulcair a réitéré qu'il souhaite une étude environnementale complète avant de prendre position dans le dossier. «Le problème numéro un qu'on a au Canada, c'est que Stephen Harper a éviscéré un ensemble de lois environnementales, dit le chef néo-démocrate. Il n'y a plus de processus complet, crédible, fiable, d'évaluation environnementale.»

«Que ce soit pour Énergie Est ou un autre, on ne peut pas dire oui à ces projets-là, faute d'une évaluation environnementale complète, crédible», explique-t-il.

Toutefois, le chef néo-démocrate estime que l'exploitation pétrolière pourrait permettre de créer de nombreux emplois au Canada. «Au lieu des les extraire le plus rapidement possible à l'état cru et de les exporter vers les États-Unis comme monsieur Harper et monsieur Trudeau le feraient avec Keystone XL, exportant ainsi 40 000 bons emplois canadiens, moi, je veux créer ces emplois au Canada.»

De plus, un oléoduc est plus sécuritaire que le transport sur rails, a-t-il fait valoir en évoquant la tragédie de Lac-Mégantic.

«Ça peut être gagnant d'amener du produit d'ouest en est et de créer 40 000 emplois au Canada, dit-il. Ça peut être gagnant pour les producteurs, et une meilleure redevance pour la province. Ça peut être gagnant parce qu'on va créer des emplois au Canada. Ça peut être gagnant parce qu'on va éliminer les superpétroliers dans le Saint-Laurent et les trains hautement dangereux qui sillonnent nos municipalités à travers le Québec. Et ça peut être gagnant parce qu'on s'occupe de notre propre sécurité énergétique.»

Malgré tout, le chef néo-démocrate affirme qu'il ne fera connaître sa position qu'au terme d'un processus d'évaluation «ouvert, complet et sérieux».

Galerie photo Élections fédérales 2015: candidats vedettes au Québec Voyez les images