POLITIQUE
12/08/2015 12:20 EDT

Morgan Wheeldon se confie sur son expulsion de l'équipe de candidats du NPD

Twitter

Un ancien candidat du NPD qui a été forcé de démissionner dimanche tente de nettoyer sa réputation.

Morgan Wheeldon, de Nouvelle-Écosse, a confié au Huffington Post Canada mardi qu’il n’était pas prêt à remettre sa démission quand le parti lui a forcé la main.

Wheeldon, 33 ans, figure sur un site d’attaques du Parti conservateur du Canada dans lequel il tient des remarques controversées à propos d’Israël. Dans une publication Facebook datant de 2014, qui a été supprimée depuis, il avait écrit : «On pourrait soutenir que l’intention d’Israël a toujours été de procéder à un nettoyage ethnique de la région – il y a des citations directes prouvant que c’est le cas. »

« Une minorité de Palestiniens font exploser des autobus en réponse à ce qui semble être un effort calculé pour commettre un crime de guerre. »

L’organisateur politique du NPD James Pratt aurait dit à Wheeldon qu’il avait 30 minutes pour décider s’il démissionnait ou s’il perdait son titre de candidat pour le comté de Kings-Hants.

« Ce que je fais, c’est que je fais une sortie et je dis que je ne suis pas d’accord avec la décision, a dit Wheeldon au HuffPost. Je soutiens encore notre plateforme, je soutiens encore les candidats, ça n’a pas changé, mais je suis en désaccord avec cette décision et cette stratégie en particulier prise par le personnel politique. »

Wheeldon a refusé de dire s’il soutenait encore le chef du NPD Thomas Mulcair.

Il dit ne pas comprendre pourquoi il a été mis dehors alors que d’autres ne l’ont pas été, comme le candidat Hans Marotte, qui a suggéré dans un livre écrit il y a 25 ans qu’il était pour l’Intifada palestinienne. Le NPD défend toujours Marotte.

Wheeldon dit avoir fait un « commentaire d’ordre historique » à propos d’un sujet débattu en littérature. Il a ajouté ne pas avoir fait de commentaires « à propos du peuple juif ».

Il blâme le chef conservateur Stephen Harper et les politiques du PCC qui portent atteint à la liberté de presse selon lui.

« C’est dire aux gens qu’on ne peut pas discuter de plusieurs sujets sur des angles différents par peur d’être étiqueté par le public », a-t-il dit.

Il a ajouté qu’il se retrouve maintenant dans une position difficile, puisqu’il doit demander à ses amis et connaissances de confession juive de l’aider à rétablir sa réputation et de dire qu’il n’est pas antisémite.

« Ça ne me fait pas plaisir, mais je sens que je n’ai aucune autre option. C’est un cauchemar de relations publiques parce que nous vivons dans une ère où le mot ‘antisémitisme’ peut être associé à mon nom pour le reste de ma vie et si je ne fais rien, cela me suivra. »

Wheeldon a aussi contesté la déclaration du conseiller du NPD Brad Lavigne, qui a dit qu’il a caché des informations au parti. L’ex-candidat dit ne jamais avoir caché ses commentaires Facebook des responsables du NPD.

« J’ai été ouvert à toutes les étapes de la nomination, et nous avons collectivement oublié ce commentaire dans le processus », dit-il.

« Je veux être transparent et honnête à propos de ce qui s’est passé et faire preuve de franchise avec moi-même », a-t-il commenté.

« Je ne suis pas prêt à dire que j’ai choisi de démissionner quand ce n’est pas vrai. »

Cet article initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais par Catherine Lévesque.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Ces candidats qui ont abandonné la lutte électorale en 2015 Voyez les images