Hedi Slimane se confie sur l'intimidation, la foi et la création

Le photographe et designer Hedi Slimane a parlé à cœur ouvert avec Yahoo Style, levant le voile sur sa vision de Saint Laurent, griffe dont il a pris la direction créative en 2012, son obsession des mannequins ultraminces et sa foi.

« Il y a toujours une part de toi qui revient à ton enfance ou ta jeunesse. Moi, comme n’importe lequel des hommes que je photographie ou qui marchent sur mes passerelles. Les vestons ont toujours été un peu trop grands pour moi. Plusieurs personnes à l’école secondaire ou dans ma famille tentaient de me faire sentir comme la moitié d’un homme parce que j’étais mince, pas athlétique. Ils m’ont intimidé pendant un moment pour que je me sente mal d’être moi, insinuant que la minceur extrême était "queer" , a-t-il confié à Yahoo parlant de la présence importante de mannequins très minces sur ses podiums. Il y avait quelque chose d’homophobe et de désobligeant là-dedans. »

L’idée d’androgynie chère au créateur est aussi issue de son expérience personnelle. « C’est à cela que j’associe ma silhouette et mes designs depuis la fin des années 90 et je présume que c’est une réflexion de qui j’étais, de quoi j’avais l’air en grandissant, le manque de définition de genre », a-t-il poursuivi.

Sa foi, une partie importante de sa vie, a aussi été abordée dans l’entrevue. « Ma mère m’a élevé comme chrétien et même si je n’en parle jamais, de ma foi, qui ne m’a d’ailleurs jamais été imposée, c’est une partie très importante de ma vie. C’est présent dans la façon dont je fais les choses, dont je m’intéresse aux choses. Ça me donne un sentiment de confort et de force », a admis le designer, qui préfère habituellement ne pas avoir affaire à la presse.

Depuis l’arrivée de Slimane chez Saint Laurent, les ventes ont augmenté de 27% et la maison qui s’est tenue à l’écart de la haute couture pendant 13 ans y fera son grand retour.

INOLTRE SU HUFFPOST

Défilé Saint Laurent homme printemps-été 2016