BIEN-ÊTRE
11/08/2015 10:41 EDT

À quoi les coureurs pensent-ils en pleine course? La triste vérité...

À quoi peuvent bien penser les coureurs pour persévérer, kilomètre après kilomètre, lors d'une course?

Most runners think about their pace and distance; pain and discomfort; and their running environment, study shows.

" data-caption="

Most runners think about their pace and distance; pain and discomfort; and their running environment, study shows.

" data-credit="Maridav">

À quoi peuvent bien penser les coureurs pour persévérer, kilomètre après kilomètre, lors d'une course? On s'imagine qu'ils visualisent le fil d'arrivée, qu'ils pensent à quelque chose d'agréable pour les aider à achever leur parcours... eh bien non! Une récente étude, à petite échelle certes, démontre qu'ils pensent à quel point ils sont misérables à ce moment précis.

Pour l'étude, 10 coureurs de haut niveau ont utilisé une enregistreuse afin qu'ils puissent verbaliser leurs pensées tout au long d'une course d'environ 12 kilomètres. Les chercheurs ont ensuite analysé le contenu des enregistreuses, plus de 18 heures au total, et ont découvert qu'environ 40 % des coureurs pensaient à leur course (son rythme et sa distance) alors que 28 % pensaient à des éléments de leur environnement immédiat.

Le 32 % restant pensait à quoi? À ceci!

(via Giphy)

 

Pourquoi les scientifiques s'intéressent-ils à la psychologie des coureurs?

Dr. Ashley Samson, professeure en kinésiologie à la California State University de Northridge, qui a mené cette étude, a expliqué au Huffington Post que les données pourraient servir à améliorer les performances sportives. En ciblant les difficultés mentales que les coureurs rencontrent en cours de parcours, il est ainsi plus facile de s'entraîner en conséquence.

« Notre étude est une des seules à utiliser une méthode de collecte de données qui s'opère au moment où la course se produit plutôt que de se fier à la mémoire des coureurs. » explique-t-elle.

Les résultats de l'étude ont été publiés en ligne sur International Journal of Sport and Exercise Psychology le 25 juillet 2015.