NOUVELLES
10/08/2015 12:31 EDT | Actualisé 10/08/2016 01:12 EDT

Yémen: deux responsables blessés, le chef du CICR à Aden

Deux responsables yéménites ont été blessés au combat lors de heurts entre forces loyalistes et rebelles lundi dans la province d'Abyane dans le sud du pays en guerre, ont indiqué les autorités locales.

Mohammed al-Shaddadi, vice-président du Parlement en exil, et Hussein ben Arab, un ex-ministre de l'Intérieur, sont des proches du président Abd Rabbo Mansour Hadi, exilé en Arabie saoudite, pays voisin du Yémen. Originaires d'Abyane comme M. Hadi, les deux hommes dirigeaient l'offensive des loyalistes à Loder lorsqu'ils ont été blessés, ont-elles précisé.

Loder est la dernière ville d'Abyane toujours aux mains des rebelles chiites Houthis.

En reprenant dimanche Zinjibar, chef-lieu d'Abyane, les pro-Hadi ont presque parachevé la reconquête de la province. Au moins 16 miliciens progouvernementaux sont morts à Abyane ces dernières 24 heures, a indiqué une source médicale, la plupart dans l'explosion de mines posées par les Houthis dans leur fuite.

Aden, la capitale du Sud et deuxième ville du pays, a été reprise à la rébellion à la mi-juillet, marquant le début de la reconquête de la région par les forces loyalistes, soutenues par une coalition aérienne arabe menée par l'Arabie saoudite.

Mais les rebelles contrôlent encore la capitale, Sanaa, et de vastes régions du Yémen, dont le nord, où se trouve leur fief, Saada.

Ces développement interviennent alors que le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, s'est rendu à Aden avec sept militants sudistes qu'il doit échanger contre sept combattants rebelles, selon des responsables houthis.

Les sept militants du Mouvement sudiste, hostile aux rebelles, ont été présentés à des photographes, dont celui de l'AFP, à l'aéroport international de Sanaa et ont affirmé avoir été bien traités pendant leur détention.

M. Maurer est arrivé samedi à Sanaa pour prendre la mesure de la crise humanitaire jugée "catastrophique" dans ce pays en guerre depuis plus de quatre mois.

Il a rencontré durant sa visite des responsables de l'administration mise en place par les Houthis dans la capitale.

Il a affirmé dimanche, selon l'agence de presse Saba contrôlée par les Houthis, l'intention du CICR d'élargir ses opérations au Yémen pour faire face aux besoins de la population durement affectée par le conflit.

La guerre au Yémen, pays le plus pauvre de la péninsule arabique, a fait près de 4.000 morts, pour moitié des civils, selon l'ONU. Le CICR estime à 1,3 million le nombre de déplacés.

pho-lyn/mh/cbo/tp