NOUVELLES
10/08/2015 11:38 EDT | Actualisé 10/08/2016 01:12 EDT

Ukraine: l'UE dénonce l'attaque "inacceptable" de voitures blindées de l'OSCE à Donetsk (porte-parole)

L'UE a dénoncé lundi l'attaque "inacceptable" de voitures blindées utilisées par les observateurs de l'OSCE, incendiées la veille à Donetsk, le fief des séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine.

L'incendie a été qualifié de "criminel" par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, qui tient pour responsables "ceux qui contrôlent de facto Donetsk", faisant clairement référence aux rebelles.

"La mise à feu de véhicules de la mission d'observation de l'OSCE hier à Donetsk est inacceptable", a indiqué un porte-parole de l'UE pour les Affaires étrangères, dans une déclaration écrite à l'AFP.

"Il est de la plus haute importance que toutes les parties respectent pleinement le cessez-le-feu", a-t-il ajouté alors que le président ukrainien Petro Porochenko a demandé lundi des consultations d'urgence avec Paris, Berlin et Moscou en raison de l'escalade "dangereuse" des violences dans l'Est après des combats impliquant des chars et de l'artillerie déclenchés, selon Kiev, par les rebelles.

Quatre personnes, trois civils et un soldat ukrainien, ont ainsi péri au cours des dernières 24 heures, selon des bilans séparés annoncés par l'armée et les autorités séparatistes.

Ces combats surviennent au lendemain d'un incendie sur le parking d'un hôtel de Donetsk où sont basés les observateurs de l'OSCE qui surveillent le conflit sur le terrain. Plusieurs de leurs véhicules 4x4 blindés ont été détruits.

Le porte-parole a aussi appellé les belligérants à "assurer la sécurité et la liberté de mouvement des observateurs" de l'OSCE "sur tout le territoire ukrainien". La mission d'observation "joue un rôle crucial dans le suivi et la vérification de la mise en oeuvre des accords de Minsk", a-t-il souligné.

L'est de l'Ukraine, où plus de 6.800 personnes ont péri en seize mois, connaît un regain de violences meurtrières ces dernières semaines avec des combats à l'arme lourde qui sont en violation de ces accords signés en février.

L'Union européenne a prolongé jusqu'à janvier 2016 les sanctions économiques décrétées l'été dernier contre la Russie en raison de son soutien présumé aux rebelles séparatistes. Bruxelles a jusqu'ici tenu à lier le maintien des sanctions à l'application des accords de Minsk sur le terrain.

axr/csg/mr