NOUVELLES
10/08/2015 14:48 EDT | Actualisé 10/08/2016 01:12 EDT

Rwanda: une cour britannique refuse d'extrader en Espagne un proche du président

LONDRES — Une cour britannique a refusé lundi d'extrader en Espagne le chef des services de renseignement et de sécurité du Rwanda pour qu'il soit jugé en lien avec des accusations de crime de guerre.

Emmanuel Karenzi Karake avait été libéré sous caution à la suite de son arrestation à l'aéroport Heathrow, à Londres, en juin, par les policiers britanniques en vertu d'un mandat d'arrêt européen. Le général, un allié du président rwandais Paul Kagame, était l'un des 40 militaires qui avaient été accusés par une cour espagnole, en 2008, de terrorisme et de génocide.

Le Service des poursuites judiciaires de la Couronne britannique a tranché, lundi, que les lois du pays ne s'appliquaient pas, puisque M. Karake n'est pas un citoyen britannique.

L'arrestation de M. Karake avait suscité la grogne du gouvernement rwandais. Le président Kagame avait accusé les autorités européennes d'avoir arrêté l'homme pour des motifs politiques, ce qu'il considérait comme un geste de mépris de la part des pays occidentaux.

Les cours espagnoles avaient évoqué leur «compétence universelle» pour accuser plusieurs suspects en lien avec des allégations de terrorisme, mais les cas d'extradition et de condamnation demeurent rares.

The Associated Press