NOUVELLES
10/08/2015 16:49 EDT | Actualisé 10/08/2016 01:12 EDT

Irak: des explosions dans l'est du pays font au moins 42 victimes

BAGDAD — Deux explosions ont retenti lundi soir dans la province de Diyala, à l'est de l'Irak, faisant au moins 42 morts et des dizaines de blessés, moins d'un mois après que l'une des attaques les plus meurtrières des dernières années eut été perpétrée dans un marché de la même province.

L'attentat le plus grave est survenu dans la ville de Baquba, située à environ 60 kilomètres au nord de Bagdad, lorsqu'un véhicule piégé a explosé dans un marché, tuant au moins 35 personnes et en blessant 72 autres.

La seconde attaque a eu lieu dans le village de Kanaan, alors qu'un kamikaze s'est fait exploser dans un quartier résidentiel. Au moins sept personnes ont perdu la vie et quinze ont été blessées.

Des représentants des hôpitaux ont confirmé les chiffres. Ils ont tous parlé sous le couvert de l'anonymat puisqu'ils ne pouvaient pas révéler d'informations aux journalistes.

Les résidants de la province de Diyala réclament davantage de protection des forces de sécurité depuis qu'une explosion du groupe armé État islamique a ravagé un marché bondé de gens, le mois dernier. Le drame a causé la mort de 115 personnes, dont plusieurs femmes et enfants. Les victimes, à majorité chiites, étaient rassemblées pour célébrer la fin du mois du ramadan.

Le gouvernement à Bagdad s'était engagé à trouver les coupables et à augmenter les effectifs de sécurité dans la province.

La colère demeure vive dans la région, dont plusieurs villes étaient tombées sous le contrôle des extrémistes l'année dernière. Les forces irakiennes et kurdes ont, depuis, reconquis ces territoires, mais les hostilités se poursuivent dans la province.

Le groupe armé État islamique, issu du courant sunnite, est responsable de plusieurs attaques visant des civils ou des postes de contrôle de l'armée afin d'étendre son contrôle au pays. Le groupe détient actuellement environ le tiers du territoire de l'Irak et de la Syrie voisine.

Vivian Salama, The Associated Press