NOUVELLES
07/08/2015 18:19 EDT | Actualisé 07/08/2016 01:12 EDT

Une importante opération de nettoyage de débris du tsunami de 2011 en Alaska

JUNEAU, Alaska — Des centaines de tonnes de débris marins ont été collectés sur les rives de l'Alaska et de la Colombie-Britannique dans le cadre d'une campagne de nettoyage sans précédent qui, selon un organisateur, s'avère encore insuffisante.

Une barge chargée de sacs de débris, de piles de styromousse, de bouteilles, d'équipement de pêche commerciale, de milliers de bouées et d'autres items, recueillis en 2013 et 2014, est arrivée à Seattle jeudi, trois semaines après avoir ramassé sa première cargaison à Kodiak, en Alaska. L'embarcation s'était aussi arrêtée en Colombie-Britannique et près du parc national de Wrangell - Saint-Élie, au sud de l'Alaska.

Certains résidus, notamment le styromousse, ont vraisemblablement été emportés au large par le tsunami de 2011 au Japon, qui avait tué des milliers de personnes. Mais les débris marins en général, comme le plastique ou les filets de pêche, constituent un problème environnemental constant.

À Seattle, des bénévoles trieront ce qui peut être recyclé et ce qui sera acheminé en train à un site d'enfouissement en Oregon. Ce processus pourrait prendre quelques semaines, selon Janna Stewart, la coordonnatrice des opérations liées aux débris des tsunamis, au département de la Protection environnementale de l'Alaska.

Les responsables affirment que le projet, d'une ampleur jamais vue en Alaska, a été motivé par la quantité impressionnante de matériaux qui s'échouaient sur les plages et les coûts élevés du transport par petits bateaux des débris retrouvés sur des sites éloignés. Il y avait aussi cette exigence du site d'enfouissement d'Anchorage pour que les filets et lignes à pêche soient coupés — une tâche que Mme Stewart juge impossible.

La masse de débris collectés à bord de la barge, qui a à peu près la superficie d'un terrain de football, ne représente qu'un ou deux pour cent du travail de nettoyage à faire en Alaska, déplore Chris Pallister, le président de l'organisation de nettoyage Gulf of Alaska Keeper, qui coordonnait le projet.

Il estime que les résidus qui se trouvent sur la seule île de Montague pourraient remplir trois barges. M. Pallister indique que la région à nettoyer sur cette île mesure 120 kilomètres.

Le coordonnateur s'inquiète du financement nécessaire pour poursuivre les corvées. L'opération qui vient de se terminer a été financée en partie grâce à une subvention de 900 000 $ US.

Les fonds proviennent de la part reçue par l'État d'un don de cinq millions $ US que le Japon a versé aux pays qui reçoivent les débris. L'organisme a lui-même consacré 100 000 $ US. Les coûts totaux n'ont pas encore été calculés.

Becky Bohrer, The Associated Press