NOUVELLES
07/08/2015 05:52 EDT | Actualisé 07/08/2016 01:12 EDT

Un quatrième blogueur défenseur de la laïcité tué au Bangladesh

Un blogueur engagé en faveur de la laïcité a été tué à coups de machettes vendredi à Dacca, le quatrième meurtre de cette nature au Bangladesh depuis le début de l'année, a-t-on appris auprès de la police et d'un réseau militant.

Niloy Chkrabarti, qui écrivait sous le pseudonyme Niloy Neel, a été tué dans son appartement par un commando d'agresseurs armés de machettes, selon le Réseau des blogueurs et de militants du Bangladesh, alerté par un témoin.

"Ils sont entrés chez lui au cinquième étage, ont écarté son ami et tué (Neel) à coup de machettes. Il était sur une liste de cibles établie par les militants islamistes", a déclaré à l'AFP le responsable de ce réseau Imran H. Sarker.

La police a confirmé que le blogueur avait été tué, sans pouvoir apporter de précisions sur les motivations de cette attaque.

"Six personnes ont frappé à sa porte en prétextant vouloir louer un appartement. Deux l'ont emmené dans une pièce où ils l'ont massacré", a déclaré Muntashirul Islam, commissaire adjoint de police, à l'AFP. "Sa femme était présente mais elle a été confinée dans une autre pièce".

Il s'agit du quatrième meurtre de blogueurs au Bangladesh en un peu plus de sept mois.

En mai, Ananta Bijoy Das, un blogueur athée, avait également été tué par un commando armé de machettes.

Das écrivait pour Mukto-Mona (Libre pensée), un site internet autrefois piloté par le blogueur américain d'origine bangladaise Avijit Roy, lui-même assassiné en février à Dacca.

Ancien modérateur de Mukto-Mona, Roy était un fervent promoteur de la laïcité au Bangladesh, pays laïc mais où 90% des 160 millions d'habitants sont musulmans.

Un autre blogueur, Washiqur Rahman, avait été tué à coups de couteaux en mars à Dacca et deux étudiants de madrasas avaient été arrêtés.

Après l'assassinat de Das, le groupe islamiste fondamentaliste Ansarullah Bangla Team (ABT) avait été interdit par les autorités, qui avaient été accusées de ne rien faire pour empêcher de telles attaques.

sa/co/ev/ros