NOUVELLES
07/08/2015 07:24 EDT | Actualisé 07/08/2016 01:12 EDT

Un présentatrice allemande fait le buzz en dénonçant le racisme sur internet

Une présentatrice d'une chaîne de télévision publique allemande fait depuis le 5 août un carton sur les réseaux sociaux grâce à une tirade à l'antenne dénonçant la banalisation des insultes racistes sur internet, sur fond d'afflux de réfugiés en Allemagne.

Vendredi à la mi-journée, après moins de 48 heures en ligne, la vidéo avait plus de 5 millions de vues, 124.000 "likes" et 118.000 partages (https://www.facebook.com/panorama.de/videos/672503106220696/).

La journaliste, Anja Reschke, dénonce dans cette vidéo cinglante d'environ deux minutes le fait que les commentaires racistes sur les réseaux sociaux ne se font plus sous couvert de l'anonymat mais de plus en plus souvent ouvertement, semblant indiquer une banalisation de ces idées.

"Apparemment ce n'est plus honteux. Au contraire, pour des phrases comme +tas de saleté, qu'il se noie dans la mer+ vous pouvez obtenir un soutien enthousiaste et plein de likes", dit-elle.

"Les auteurs de (cette) haine doivent piger que notre société ne tolère pas ça. Du coup, lorsqu'on ne considère pas que les réfugiés sont des parasites qui doivent être chassés, brûlés ou gazés, on doit le dire très ouvertement", martèle-t-elle, appelant au "soulèvement des gens décents".

Si les commentaires sur la page Facebook de l'émission de télévision qu'elle présente sont dans l'ensemble laudateurs, certains critiquent aussi la démarche de la journaliste.

"Chaque personne qui est d'une autre opinion a tout faux et est un extrémiste à tête creuse?! (...) il s'agit des deux minutes les plus inutiles de ma vie", écrit l'internaute Michael Schirmer.

L'Allemagne, comme une grande partie de l'Union européenne, est confrontée à un afflux grandissant de réfugiés, avec 300.000 demandeurs d'asile recensés depuis janvier, contre 200.000 environ pour l'ensemble de 2014.

Parallèlement, depuis le début de l'année, les violences contre les foyers ou futurs foyers de réfugiés ont explosé : 202 entre janvier et juin, autant que pour l'ensemble de 2014, selon des chiffres officiels.

alf/yap/at