Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Déclaration de Sherbrooke : Trudeau questionné par Mulcair sur le pourcentage acceptable (VIDÉO)

TORONTO – Le chef libéral Justin Trudeau pourrait devoir s’expliquer jeudi sur le pourcentage qu’il croit acceptable dans le cas d’une victoire du Oui au Québec.

Une source bien placée au NPD a confié que si Trudeau veut attaquer le chef Thomas Mulcair sur sa position de 50 pour cent plus un vote, le chef libéral devrait fournir une réponse claire si le Québec devait entamer des négociations avec le Canada.

« S’il répond 60 pour cent, il sera écrasé au Québec, a-t-on expliqué au Huffington Post Canada. Trudeau devrait se faire poser la question pendant la campagne tous les jours. »

Trudeau s’est déjà prononcé en faveur de la Loi sur la clarté référendaire, adoptée après le référendum de 1995, où le camp du Non avait gagné avec 50,58 pour cent des voix.

Plusieurs croient que la question posée aux Québécois - « Acceptez-vous que le Québec devienne souverain, après avoir offert formellement au Canada un nouveau partenariat économique et politique, dans le cadre du projet de loi sur l'avenir du Québec et de l'entente signée le 12 juin 1995 ? » - n’était pas claire.

Le gouvernement fédéral a demandé l’avis de la Cour suprême, puis a fait adopter la loi en 2000 détaillant comment le Parlement devrait agir si le Québec tentait de se séparer à nouveau.

Mulcair est un partisan de la Déclaration de Sherbrooke du NPD, qui a été créée pour charmer les Québécois afin d’augmenter la popularité du parti dans la province.

La Déclaration de Sherbrooke souligne la reconnaissance du NPD au droit à l’autodétermination du Québec, mais ajoute que ce droit peut aussi être exercé au sein du Canada. « Le NPD espère et va promouvoir un Canada uni », peut-on lire.

Alors que la Loi sur la clarté référendaire est populaire au Canada anglais, les Québécois francophones n’apprécient pas du tout. Les libéraux ont accusé le NPD de se plier aux électeurs souverainistes. Le NPD, en retour, accusent les libéraux de vouloir miser là-dessus pour faire sortir le vote en Ontario.

En juin, Trudeau s’en est pris à Mulcair, l’accusant de vouloir « briser le pays ».

Cet article initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais.

INOLTRE SU HUFFPOST

Référendum de 1995: et le NON l'emporta!

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.