POLITIQUE
07/08/2015 05:48 EDT | Actualisé 07/08/2015 05:50 EDT

Récession: Harper ne précise pas ses propos tenus au débat des chefs

capture ecran

Le premier ministre Stephen Harper s'en est pris à ses adversaires, vendredi, dépeignant le Nouveau Parti démocratique (NPD) comme une menace pour l'économie canadienne et clamant que les libéraux souhaitent hausser les impôts.

Au lendemain du premier débat des chefs en vue du vote du 19 octobre, M. Harper a utilisé la cour arrière d'une maison de la banlieue de Toronto comme arrière-plan pour promouvoir la bonification de la Prestation universelle pour garde d'enfants (PUGE) promue par son gouvernement.

Le chef conservateur a fait valoir que cette aide supplémentaire serait en péril si Justin Trudeau et les libéraux prenaient le pouvoir. Et il a ajouté que Thomas Mulcair et les néo-démocrates étaient "dangereux pour les enjeux économiques".

Mais lorsque M. Harper a été questionné sur son apparente admission lors du débat de jeudi soir qu'une récession frappe bel et bien le pays, il a refusé de préciser clairement sa pensée.

"Quatre-vingt pour cent de l'économie canadienne est en santé et en croissance; nous avons une contraction dans le secteur de l'énergie et tout le monde sait que c'est causé par la baisse du prix du pétrole", a-t-il fait valoir.

"La question, c'est qu'est-ce qu'on fait? Nous, on dit qu'il faut poursuivre notre plan de maintien des taxes et des impôts à des niveaux bas, ce même plan qui nous a permis de devenir un chef de file mondial en termes d'emplois et de croissance à long terme", a expliqué M. Harper.

Lors de ce point de presse à Richmond Hill, au cours duquel il a vanté les mérites de la bonification de la PUGE, le premier ministre était entouré de plusieurs mères et enfants. En vertu de cette mesure conservatrice, les familles canadiennes ont commencé à recevoir, quelques jours avant le lancement de la campagne électorale, des chèques représentant 160 $ par mois pour chaque enfant âgé de moins de six ans et 60 $ pour chaque enfant âgé de 6 à 17 ans.

M. Harper s'est ensuite moqué de la promesse du NPD d'implanter un système pancanadien de garderies à 15 $ par jour, estimant que c'était fort bien pensé pour les bureaucrates et les lobbyistes, mais pas pour les familles.

Cela fait partie d'une idéologie malavisée, a-t-il lancé.

"Les idées du NPD vont ruiner l'économie canadienne, exactement comme elles ont, à un moment, ruiné l'économie ontarienne et l'économie de tellement d'autres endroits où elles ont été implantées", a scandé M. Harper avant de s'en prendre aux libéraux.

"L'approche de Justin Trudeau est la suivante: il va réduire vos impôts, mais seulement s'il peut d'abord augmenter vos impôts. C'est ce que tous les politiciens qui souhaitent hausser les impôts disent", a souligné le chef conservateur.

Quant à sa performance lors du débat de jeudi soir, M. Harper a seulement dit qu'il croyait avoir bien fait. "Mais je vais laisser aux experts le soin de faire leurs propres analyses", a-t-il conclu.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Élections fédérales: premier débat des chefs Voyez les images