NOUVELLES
07/08/2015 03:10 EDT | Actualisé 07/08/2016 01:12 EDT

Le promoteur de Chris Brown dément avoir escroqué une secte philippine

Le promoteur canadien de Chris Brown dément toute escroquerie contre une secte chrétienne des Philippines dans une affaire qui avait valu à la star américaine de hip hop de rester bloquée dans une chambre d'hôtel de Manille, ont dit vendredi ses avocats.

Le litige oppose la vedette de 26 ans, qui avait fait grand bruit en 2009 en battant sa petite amie de l'époque, la diva Rihanna, à une influente organisation religieuse conservatrice.

Iglesia ni Cristo (Eglise du Christ) avait accusé le chanteur d'avoir reçu une avance d'un million de dollars pour un concert qui n'avait jamais eu lieu, en décembre 2014 au Philippine Arena, le plus grand stade couvert du pays dont elle est propriétaire.

Les services de l'immigration avaient empêché pendant trois jours Chris Brown de quitter le pays après avoir donné un concert à Manille et son promoteur canadien, Michael Pio Roda, avait été arrêté et est toujours en détention, selon ses avocats.

Ce dernier dément que lui ou le rappeur aient perçu un tel cachet, ont déclaré ses avocats dans un communiqué à l'AFP. "Le fait de tenir M. Pio Roda pour responsable de la somme d'un million de dollars toute entière est non seulement dépourvu de tout fondement légal ou factuel mais constitue également une parodie de justice et une violation des droits de l'Homme", ont-il ajouté.

Le parquet philippin est en train d'examiner la plainte de la secte afin de déterminer s'il y a lieu de lancer des poursuites.

Le chanteur tatoué avait expliqué qu'il n'avait pu se rendre aux Philippines pour le concert en question car il avait perdu son passeport.

Il avait fait fureur sur internet en postant des vidéos étranges dans lesquelles on pouvait le voir danser, se mettre à genoux et supplier les autorités de le laisser partir.

D'après les avocats du promoteur, celui-ci a reçu 45.000 dollars d'une société de production en cheville avec la secte, ainsi que 578.750 dollars d'une autre société impliquée dans l'organisation du concert. Mais les parties avaient convenu que ces sommes seraient remboursées aux termes d'un "compromis" signé avant le show de Manille, ajoute le communiqué. "

L'arrestation type Gestapo de M. Pio Roda et la demande de dommages et intérêts pour un montant d'un million de dollars sont choquantes, et témoignent d'une mauvaise foi qui contrevient à l'accord de compromis".

La secte Iglesia ni Cristo est ultra minoritaire aux Philippines où 80% des 100 millions d'habitants sont catholiques, mais son influence politique est immense.

jfg/cgm/ev/as

TWITTER