NOUVELLES
07/08/2015 10:52 EDT | Actualisé 07/08/2016 01:12 EDT

La souveraineté au débat des chefs : « c'est surréaliste » - Duceppe

Gilles Duceppe est sidéré. Le chef du Bloc québécois n'était pas invité au débat des chefs en anglais qui se tenait jeudi, mais même en son absence, la souveraineté du Québec a monopolisé une partie des échanges.

« C'est surréaliste, a déclaré Gilles Duceppe vendredi matin. Les représentants des quatre partis fédéralistes n'arrêtent pas de dire que [la souveraineté] est une question qui ne préoccupe pas les Québécois. Ils m'excluent du débat, ils excluent le Bloc du débat et ils passent pratiquement une demi-heure à discuter de la souveraineté du Québec et de comment eux vont décider pour nous. C'est inadmissible. »

Jeudi soir, lors du débat des chefs, le chef libéral Justin Trudeau a abordé la question de la loi sur la clarté référendaire, adoptée par le gouvernement Chrétien après le référendum de 1995, lors d'une attaque contre le chef néodémocrate Thomas Mulcair. Il a reproché à son adversaire d'avoir récemment ramené à l'avant-scène la déclaration de Sherbrooke faite par son prédécesseur Jack Layton, qui affirme qu'un référendum remporté par les souverainistes avec une majorité simple serait valable.

MM. Trudeau et Mulcair ont échangé vivement pendant de longues minutes. Même le chef conservateur Stephen Harper est intervenu. Seule la chef du Parti vert, Elizabeth May, s'est tenue loin de l'échange.

« J'aurais été bien prêt à en discuter avec eux, a jouté M. Duceppe. Comment peuvent-ils nier une réalité, mais trouver cette réalité là suffisamment importante pour en débattre pendant pratiquement une demi-heure. »

Gilles Duceppe était à Rivière-au-Renard, en Gaspésie, ce matin. Il sera à Montréal ce soir.