POLITIQUE
07/08/2015 01:02 EDT | Actualisé 07/08/2015 01:05 EDT

La Déclaration de Sherbrooke du NPD : «irresponsable» selon Justin Trudeau (VIDÉO)

Le chef libéral Justin Trudeau accuse Thomas Mulcair de vouloir plaire aux souverainistes québécois en brandissant la Déclaration de Sherbrooke, adoptée en 2005 par le NPD.

À son avis, il n’est pas logique de s’opposer à la décision de la Cour suprême concernant « l’unité du pays ».

LIRE AUSSI

- 5 choses qu'on a apprises pendant le débat de Maclean's

- Débat des chefs : qui dit vrai?

- Harper attaqué de toutes parts

« Être du même bord que du mouvement souverainiste, n’est pas quelque chose qu’on aimerait voir d’un premier ministre », a-t-il dit aux journalistes.

Il a fait cette déclaration pendant le point de presse suivant le premier débat en anglais, jeudi soir. Trudeau avait été talonné par Mulcair pour qu’il donne son « chiffre ».

Le chef libéral avait répliqué « 9 », soit le nombre de juges qui se sont prononcés pour une « majorité claire » en 1998. La Loi sur la clarté référendaire a été adoptée en 2000 par le gouvernement de Jean Chrétien.

Le NPD endosse notamment l’idée qu’Ottawa reconnaisse un référendum gagnant au Québec avec 50 pour cent plus un vote. Ce droit à l’autodétermination des provinces peut aussi être exercé au sein du Canada.

« La Déclaration de Sherbrooke règle des problèmes qui sont là depuis longtemps, s’est défendu Mulcair après le débat. Nous, on propose une vision positive, constructive. C’était la position de Jack Layton et ce l’est encore aujourd’hui. »

Ce n’est pas la première fois que Trudeau s’en prend au NPD à ce sujet. Mais au débat de Maclean’s, il est allé encore plus loin en accusant Mulcair de tenir un double discours.

À son avis, le chef néodémocrate a profité de la fête de la Saint-Jean-Baptiste pour réaffirmer son soutien à la Déclaration de Sherbooke, mais reste muet à ce sujet quand il parle en anglais.

Mulcair a répliqué que la position du NPD est « bien étayée » depuis 10 ans. « Vous savez, M. Trudeau avait une question simple à laquelle il devait être obligé de répondre. Il était incapable de dire son chiffre! »

« Je me promène partout au Québec et les gens ne me parlent pas de souveraineté, ils me parlent d’emplois, ils me parlent de stabilité, ils me parlent de santé, a continué Justin Trudeau. Et que M. Mulcair veuille rouvrir ce dossier, je trouve que c’est irresponsable. »

elections federales

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photoÉlections fédérales: premier débat des chefs Voyez les images